Publié par Simon Robic, le Mardi 20 Septembre 2011

Google + ouvert au public : toutes les nouveautés

Google ouvre son réseau social aux inscriptions sans invitation, 90 jours après son lancement. La firme de Mountain View en profite pour ajouter à Google+ de nouvelles fonctionnalités.

90 jours après son lancement, Google + est enfin disponible pour tous les internautes qui le souhaitent, sans invitation. Le réseau social de Google, qui a connu un succès fulgurant à son lancement, en profite pour lancer de nouvelles fonctionnalités, axées autour des vidéos-bulles (hang-out), l'une de ses fonctionnalités phares :

1 - Vidéo-bulles sur mobile

Nouveauté du réseau très appréciée au lancement, Google + permet de réaliser des conversations vidéos à plusieurs très simplement. Il est désormais également possible de le faire depuis son téléphone mobile. Pour en profiter, il suffit de mettre à jour son application Android, la fonctionnalité n'étant disponible que dans quelques jours sur iPhone.

2 - Créations de vidéos-bulles publiques

Si les vidéos-bulles peuvent être pratiques dans un cadre privé, il peut arriver que l'on souhaite les rendre disponibles pour une plus vaste audience. Comme jusqu'ici, 9 personnes peuvent rejoindre la conversation, mais un nombre illimité d'utilisateurs de Google + peuvent également y assister.

3 - Options supplémentaires pour les vidéos-bulles

Google ajoute également de nouvelles fonctionnalités à ces conversations vidéos. Il est maintenant possible de partager son écran avec les autres participants à la conversation, d'utiliser un tableau blanc, de travailler à plusieurs dans Google Documents et, enfin, de donner un titre à la conversation. Idéal pour les réunions à distance.

4 - API vidéo-bulles

Nous l'annoncions il y a quelques jours, Google a présenté une API pour son réseau social. L'entreprise la complète en ajoutant des accès aux conversations vidéos.

5 - Recherche

Désormais, le moteur de recherche accessible dans le réseau affiche des résultats provenant des contenus publiés au sein de Google + mais également les résultats issus de l'index de recherche traditionnel de Google. En recherchant "photography", les résultats mélangeront des membres et des photos que l'on aurait trouvées sur Google Images auparavant.

Publié par Simon Robic, le 20 Septembre 2011 à 19h22
 
32
Commentaires à propos de «Google + ouvert au public : toutes les nouveautés»
Inscrit le 06/07/2010
147 messages publiés
Et toujours pas compatible Google Apps...
Inscrit le 20/09/2011
13 messages publiés
Allez, dans quelque mois, on aura la même chose sur Facebook. Patience...
Inscrit le 05/09/2009
301 messages publiés
A l'inscription sur un compte poubelle: Obligation d'utiliser vos vrai nom/prénom...

Osef de mettre son nom sur un truc à la con à la sauce fesse bouque
[message édité par alex10336 le 20/09/2011 à 20:45 ]
Inscrit le 13/08/2002
1360 messages publiés
Je me voie mal être inscrit à plusieurs service identique en même temps, Google a beau vouloir tous dominé je ne suis pas naïf.
Inscrit le 11/06/2009
497 messages publiés
Numérama est devenu une vitrine commercial maintenant ? Je pense qu'on attend une "Réflexion sur le numérique", et pas simplement une présentation sommaire des fonctionnalités de tel ou tel produit...
Inscrit le 23/04/2010
285 messages publiés
Pas moyen de commencer un hangout à partir du téléphone ?
Inscrit le 15/03/2011
277 messages publiés
Est ce que vous seriez pret a perdre votre anonymat pour des conneries en ligne ?
Big brother est maintenant sur internet. C'est Facebook et Google +
Inscrit le 25/09/2009
79 messages publiés
Un Réseau pour les gouverner tous. Un Réseau pour les trouver. Un Réseau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
nonoxp, le 21/09/2011 - 09:08
Un Réseau pour les gouverner tous. Un Réseau pour les trouver. Un Réseau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.


Génial, bien trouvé !!
Inscrit le 26/02/2009
517 messages publiés
nonoxp, le 21/09/2011 - 09:08
Un Réseau pour les gouverner tous. Un Réseau pour les trouver. Un Réseau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.

++++1
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Cette centralisation de la vie entière des gens sur Google (ton surf internet, tes emails, et maintenant l'ensemble de tes contenus façon Facebook), c'est totalement délirant. Big brother est à l'état embryonnaire, mais comme le dit ladyblabla au-dessus, c'est Facebook et Google.

Fuyez ces saloperies ! Apple, Google et Facebook sont les Microsoft, Vivendi et Bouygues 2.0 : des entités gargantuesques, qui prennent l'innovation et la création en otage de leurs business plans, et qui se goinfrent avec nos données personnelles en détruisant la vie privée et en marchandisant la vie tout court.
Inscrit le 03/05/2007
7 messages publiés
Un Réseau pour les gouverner tous. Un Réseau pour les trouver. Un Réseau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.

Excellent
+++
Inscrit le 05/09/2009
301 messages publiés
Lien utile: https://plus.google.com/downgrade/ pour suppr le compte g+

Au cours des prochains jours, Google va tenter de supprimer toutes les fonctionnalités Google+ et vos données Google+ de votre compte Google :
Vos cercles vont être supprimés, mais les contacts qu'ils contiennent resteront dans vos Contacts.
Vos +1 seront supprimés.
Vos posts et commentaires seront supprimés. Les personnes avec lesquelles vous les aviez partagés ne pourront plus les consulter.
Toutes les informations de profil qui ne sont pas en mode public seront supprimées.
Vous n'aurez plus accès à de nombreuses fonctionnalités Google+ de réseau social et de partage sur d'autres sites Google.
Les membres de ces cercles ne pourront plus voir le contenu d'autres services, tels que les vidéos.
Exception :
Aucune photo ne sera supprimée : elles restent disponibles dans Picasa. Pour les supprimer, accédez à Picasa Albums Web.
Cela n'aura aucune incidence sur les services tiers que vous avez connectés. Pour les gérer, accédez à la section Comptes connectés des paramètres.
Vos contacts de chat dans Google Talk et Gmail ne seront pas supprimés.
[message édité par alex10336 le 21/09/2011 à 09:58 ]
Inscrit le 25/05/2010
54 messages publiés
alex10336, le 21/09/2011 - 09:57
Lien utile: https://plus.google.com/downgrade/ pour suppr le compte g+

Au cours des prochains jours, Google va tenter de supprimer toutes les fonctionnalités Google+ et vos données Google+ de votre compte Google :
Vos cercles vont être supprimés, mais les contacts qu'ils contiennent resteront dans vos Contacts.

(...)

Vos contacts de chat dans Google Talk et Gmail ne seront pas supprimés.


Ca a le mérite d'être plus clair que sir FB
Inscrit le 05/09/2009
301 messages publiés
Malborg, le 21/09/2011 - 10:13

alex10336, le 21/09/2011 - 09:57
Lien utile: https://plus.google.com/downgrade/ pour suppr le compte g+

Au cours des prochains jours, Google va tenter de supprimer toutes les fonctionnalités Google+ et vos données Google+ de votre compte Google :
Vos cercles vont être supprimés, mais les contacts qu'ils contiennent resteront dans vos Contacts.

(...)

Vos contacts de chat dans Google Talk et Gmail ne seront pas supprimés.


Ca a le mérite d'être plus clair que sir FB

Bon après test de la dite suppresion...

Rien n'est vraiment supprimé, tout comme fesse bouque... Un profil publique est crée indépendamment de g+. Profil qui n'est rien d'autre que le g+.... Si c'est pour suppr chaque partie un par un

Bienvenu dans les réseaux sociaux
[message édité par alex10336 le 22/09/2011 à 11:27 ]
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Malborg, le 21/09/2011 - 10:13
alex10336, le 21/09/2011 - 09:57
Lien utile: https://plus.google.com/downgrade/ pour suppr le compte g+

Au cours des prochains jours, Google va tenter de supprimer toutes les fonctionnalités Google+ et vos données Google+ de votre compte Google :
Vos cercles vont être supprimés, mais les contacts qu'ils contiennent resteront dans vos Contacts.

(...)

Vos contacts de chat dans Google Talk et Gmail ne seront pas supprimés.


Ca a le mérite d'être plus clair que sir FB


Ah ouais ? N'importe quel prestataire qui vous sort un baratin pareil, vous l'envoyez chier. Mais de Google et Facebook, sous prétexte qu'ils ont glissé leurs services dans nos quotidiens gratos, se permettent de nous compliquer la vie en permanence avec leurs contorsions techniques, marketing et commerciales - et leurs clients acceptent, sans broncher.

Dehors ces merdes : les services de ce type doivent être accessibles sans monétisation ni confiscation ni appropriation des données et contenus personnels, point barre. Tant que ça n'est pas le cas, il vaut mieux refuser d'être inscrit sur ces trucs.
Inscrit le 30/09/2009
78 messages publiés
@ladyblabla ... s'il y avait que la ... la RATP nous l'a deja fait a coup de passe Navigo !!
Inscrit le 20/06/2009
2253 messages publiés
deadalnix (Animateur/Modérateur Actualités) le 21/09/2011 à 11:03
U., le 21/09/2011 - 09:26
Cette centralisation de la vie entière des gens sur Google (ton surf internet, tes emails, et maintenant l'ensemble de tes contenus façon Facebook), c'est totalement délirant. Big brother est à l'état embryonnaire, mais comme le dit ladyblabla au-dessus, c'est Facebook et Google.


Ce qui est le plus effrayant dans tout cela, c'est qu'aucun concurrent n'est à la hauteur de google, si on met de coté ces questions de big brotherisme. La qualité de service, la facilité d'utilisation et le service en lui même est bien au dessus de la concurrence.

Attention, je ne suis pas en train de dire que cet effet big brother n'est pas inquiétant. Il l'est, clairement. Mais je me demande, ou est la concurrence ?? La liberté n'existe pas sans le choix.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
c'est totalement délirant. Big brother est à l'état embryonnaire, mais comme le dit ladyblabla au-dessus, c'est Facebook et Google.


Big Brother, c'est l'espionnage de la vie privée des gens contre leur volonté (ou du moins en comptant sur leur apathie).

Là, c'est encore mieux : c'est l'espionnage de la vie privée avec la collaboration enthousiaste et active de la population.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
zig, le 21/09/2011 - 11:48
c'est totalement délirant. Big brother est à l'état embryonnaire, mais comme le dit ladyblabla au-dessus, c'est Facebook et Google.


Big Brother, c'est l'espionnage de la vie privée des gens contre leur volonté (ou du moins en comptant sur leur apathie).

Là, c'est encore mieux : c'est l'espionnage de la vie privée avec la collaboration enthousiaste et active de la population.


Indeed.

Note, les Google et Facebook ne compte pas sur l'apathie, mais sur le grégarisme.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Le pire c'est qu'en parcourant l'article, je trouve ces gadgets totalement débiles. Le monde pro a déjà des outils plus performants et moins intrusifs pour organiser des visioconférences, et le reste c'est juste de l'arnaque clinquante pour early-adopters compulsifs.
Inscrit le 30/04/2010
764 messages publiés
Ce sera comme pour facebook, tweeter , MySpace ,MyTrybe, badoo et cie : Sans moi.

Tellement mieux
[message édité par erak le 21/09/2011 à 17:28 ]
Inscrit le 19/02/2009
37 messages publiés
Est ce que vous seriez pret a perdre votre anonymat pour des conneries en ligne ?
Big brother est maintenant sur internet. C'est Facebook et Google +


J'ai Bien un compte G+ et je ne vois pas ou j'ai dû etre forcé de mettre mon identité oO
Inscrit le 19/05/2011
1338 messages publiés
raoulsana, le 21/09/2011 - 18:19
Est ce que vous seriez pret a perdre votre anonymat pour des conneries en ligne ?
Big brother est maintenant sur internet. C'est Facebook et Google +


J'ai Bien un compte G+ et je ne vois pas ou j'ai dû etre forcé de mettre mon identité oO


Pareil, j'ai un compte Facebook + un compte Google+, aucune donnée "personnelle" dedans, certainement pas mon vrai nom, que des vrais amis que je connais personnellement...
Mettre en phase les réseaux sociaux et le "viol" de la vie privée n'engage que ceux qui justement publient bêtement par eux même leur vie sur Internet..faut être soit très très naif, soit franchement con. Ou les deux.

D'ailleurs à ce jour on ne demande pas la carte d'identité pour s'inscrire sur un réseau social...
[message édité par Mehmnoch le 21/09/2011 à 18:55 ]
Inscrit le 25/09/2009
79 messages publiés
+1.

Pour qu'il y ait viol, le consentement doit faire défaut. D'autant plus que personne n'oblige qui que ce soit à s'inscrire là-dessus. Si les conditions d'utilisation sont si insupportables que ça => il y a un bouton Annuler.

Il est temps de grandir chers internautes, la conservation-réappropriation des données personnelles requiert une certaine volonté à la base.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
nonoxp, le 22/09/2011 - 10:09

+1.

Pour qu'il y ait viol, le consentement doit faire défaut. D'autant plus que personne n'oblige qui que ce soit à s'inscrire là-dessus. Si les conditions d'utilisation sont si insupportables que ça => il y a un bouton Annuler.

Il est temps de grandir chers internautes, la conservation-réappropriation des données personnelles requiert une certaine volonté à la base.


Il est temps de te renseigner sur le florissant marché international des bases de données, cher internaute. Il est temps de t'intéresser au marketing intrusif, au profiling, et à ce que révèle de toi une information aussi triviale que ton âge et ton sexe, sans parler des informations extrêmement qualifiées que sont ta liste d'amis ou tes goûts culturels. Il est temps de comprendre que quand tu crois avoir la haute main sur la confidentialité des données que tu charges, en réalité tu as accepté des CGV qui t'en dépossèdent. Il est temps de comprendre que dire "si ces services ne vous plaisent pas, vous n'êtes pas obligés de vous y inscrire" est aussi vain et idiot que de dire "tant que vous n'avez rien à vous reprocher, la vidéosurveillance ne doit pas vous gêner".

Parce que vous qui adhérez à ces saloperies de Facebook et Google+, en tombant ainsi dans le panneau d'un plan marketing qui vous refile comme indispensable et fun des services qui ne sont ni l'un ni l'autre, vous ne vous posez jamais la seule question qui vaille en matière de technologie : "qui garde les gardiens ?"

Si vous êtes assez inconscients pour découper vos vies privées, vos amis et vos proches en lamelles de données transmises gratuitement à des marketeux et des commerciaux, libre à vous : nous sommes (encore un peu) en démocratie, et malgré les lois liberticides qui s'empilent, rassurez-vous : rien ne sera jamais fait pour vous empêcher de vous livrer pieds et poings liés aux multinationales, ce sont elles qui corédigent les lois.

Juste, ne venez pas pleurer plus tard quand vous ne pourrez plus contrôler la propagation de l'une de vos photos, ou que vous ne pourrez pas faire supprimer d'un moteur de recherche un résultat infâmant, hein...

Et puis surtout, ne critiquez pas le consumérisme, puisque vous y participez avec zèle en permettant à des entreprises cyniques dirigées par des gestionnaires cupides de monétiser vos contenus, vos photos, vos amis, vos pensées, vos cultures, soit les seules choses qui font de vous autre chose que des travailleurs/consommateurs.
Inscrit le 25/05/2011
574 messages publiés
Personne n'oblige quiconque à s'inscrire sur ces réseaux.

Après je pense que chacun est assez "grand" pour faire la part des choses, et si certains veulent dévoiler le contenu de leur vie sur ces réseaux, c'est là leurs problèmes ...

Après la psychose ne sert à rien, au pire Google saura que vous aimer les glaces au chocolat et que vos amis sont ici et la bas ... Certes c'est intrusif et on peut se demander ce qu'il serait possible de faire avec cela dans le futur !

Je ne sais plus qui disait précédemment "dans les entreprises il y a des systèmes de visio-conf qui marchent très bien", oui c'est vrai, mais as tu regardais le prix ? Sachant que tous les interlocuteurs doivent avoir un matériel compatible. Relativement au coup d'une webcam ...
Inscrit le 30/04/2010
764 messages publiés
U., le 22/09/2011 - 16:25
nonoxp, le 22/09/2011 - 10:09

+1.

Pour qu'il y ait viol, le consentement doit faire défaut. D'autant plus que personne n'oblige qui que ce soit à s'inscrire là-dessus. Si les conditions d'utilisation sont si insupportables que ça => il y a un bouton Annuler.

Il est temps de grandir chers internautes, la conservation-réappropriation des données personnelles requiert une certaine volonté à la base.


Il est temps de te renseigner sur le florissant marché international des bases de données, cher internaute. Il est temps de t'intéresser au marketing intrusif, au profiling, et à ce que révèle de toi une information aussi triviale que ton âge et ton sexe, sans parler des informations extrêmement qualifiées que sont ta liste d'amis ou tes goûts culturels. Il est temps de comprendre que quand tu crois avoir la haute main sur la confidentialité des données que tu charges, en réalité tu as accepté des CGV qui t'en dépossèdent. Il est temps de comprendre que dire "si ces services ne vous plaisent pas, vous n'êtes pas obligés de vous y inscrire" est aussi vain et idiot que de dire "tant que vous n'avez rien à vous reprocher, la vidéosurveillance ne doit pas vous gêner".

Parce que vous qui adhérez à ces saloperies de Facebook et Google+, en tombant ainsi dans le panneau d'un plan marketing qui vous refile comme indispensable et fun des services qui ne sont ni l'un ni l'autre, vous ne vous posez jamais la seule question qui vaille en matière de technologie : "qui garde les gardiens ?"

Si vous êtes assez inconscients pour découper vos vies privées, vos amis et vos proches en lamelles de données transmises gratuitement à des marketeux et des commerciaux, libre à vous : nous sommes (encore un peu) en démocratie, et malgré les lois liberticides qui s'empilent, rassurez-vous : rien ne sera jamais fait pour vous empêcher de vous livrer pieds et poings liés aux multinationales, ce sont elles qui corédigent les lois.

Juste, ne venez pas pleurer plus tard quand vous ne pourrez plus contrôler la propagation de l'une de vos photos, ou que vous ne pourrez pas faire supprimer d'un moteur de recherche un résultat infâmant, hein...

Et puis surtout, ne critiquez pas le consumérisme, puisque vous y participez avec zèle en permettant à des entreprises cyniques dirigées par des gestionnaires cupides de monétiser vos contenus, vos photos, vos amis, vos pensées, vos cultures, soit les seules choses qui font de vous autre chose que des travailleurs/consommateurs.


CQFD
[message édité par erak le 22/09/2011 à 17:42 ]
Inscrit le 25/09/2009
79 messages publiés
Monsieur U., je te remercie de t'inquiéter pour mes connaissances à propos de ces marchés. Pas de souci, ils sont très liés à mon pain quotidien.

Je n'ai personnellement jamais vu de bouton Annuler sur les caméras de vidéo-protection-surveillance-délation-zonzon, les moyens d'action sont bien moins directs pour réussir à contrôler ces données là, mais c'est un autre débat. Le seul point que je souhaitais faire valoir est que personne ne peut se plaindre de perdre son intimité si tout est volontairement affiché à tort et à travers sur des réseaux de nature publique (BonSens-inside).

Nous avons tous besoin de visibilité et de partager sur la toile (en up comme en down), c'est ce qui fait son essence. De plus, c'est enfoncer une porte ouverte que de reconnaître le caractère attrayant pour les gens du concept sites/réseaux d'amis, sinon pourquoi tout ce pataquès et ce flux massif d'utilisateurs ?

Personnellement je n'en fais pas partie et je m'en désintéresse complètement. Je m'attache plutôt à maîtriser mes images (pro, perso, asso) en ligne afin de créer des liens (réels) par d'autres moyens plus respectueux de mes données et dont le bénéfice ne sera que partagé qu'entre mon interlocuteur et moi-même.

C'est donc dans cet optique que j'encourage les pas-contents-de-fessebouc et soit-disant early adopters à justement adopter sans tarder une démarche plus objective sur la question, à commencer par se renseigner sur l'objet convoité, réfléchir à l'intérêt d'utiliser ledit objet, faire une étude d'impact, découvrir les moyens techniques et légaux permettant d'assurer sa protection et celle de son entourage, mettre en place un processus itératif de veille sur ces moyens, puis enfin profiter de l'objet si ces conditions sont réunies. Dans l'alternative, ne pas faire... ou faire mieux si pas content !

...Tout ceci résumé dans mon post précédent par le symbole d'implication. Avoue qu'on y gagne en espace de stockage sur la bdd.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
sa mère le bug.
[message édité par U. Harkogansk-Malatesta le 23/09/2011 à 12:55 ]
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
nonoxp, le 22/09/2011 - 20:38

Monsieur U., je te remercie de t'inquiéter pour mes connaissances à propos de ces marchés. Pas de souci, ils sont très liés à mon pain quotidien.

Je n'ai personnellement jamais vu de bouton Annuler sur les caméras de vidéo-protection-surveillance-délation-zonzon, les moyens d'action sont bien moins directs pour réussir à contrôler ces données là, mais c'est un autre débat. Le seul point que je souhaitais faire valoir est que personne ne peut se plaindre de perdre son intimité si tout est volontairement affiché à tort et à travers sur des réseaux de nature publique (BonSens-inside).

Nous avons tous besoin de visibilité et de partager sur la toile (en up comme en down), c'est ce qui fait son essence. De plus, c'est enfoncer une porte ouverte que de reconnaître le caractère attrayant pour les gens du concept sites/réseaux d'amis, sinon pourquoi tout ce pataquès et ce flux massif d'utilisateurs ?

Personnellement je n'en fais pas partie et je m'en désintéresse complètement. Je m'attache plutôt à maîtriser mes images (pro, perso, asso) en ligne afin de créer des liens (réels) par d'autres moyens plus respectueux de mes données et dont le bénéfice ne sera que partagé qu'entre mon interlocuteur et moi-même.

C'est donc dans cet optique que j'encourage les pas-contents-de-fessebouc et soit-disant early adopters à justement adopter sans tarder une démarche plus objective sur la question, à commencer par se renseigner sur l'objet convoité, réfléchir à l'intérêt d'utiliser ledit objet, faire une étude d'impact, découvrir les moyens techniques et légaux permettant d'assurer sa protection et celle de son entourage, mettre en place un processus itératif de veille sur ces moyens, puis enfin profiter de l'objet si ces conditions sont réunies. Dans l'alternative, ne pas faire... ou faire mieux si pas content !

...Tout ceci résumé dans mon post précédent par le symbole d'implication. Avoue qu'on y gagne en espace de stockage sur la bdd.


Ne fais pas semblant de n'avoir pas compris. Je n'ai pas comparé point par point les technologies de vidéosurveillance et les aspirateurs à données des boîtes privées... J'ai juste dit qu'il était aussi faux et myope de dire "si vous n'aimez pas les réseaux sociaux, vous n'êtes pas obligés d'y aller" et "si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez pas de problème avec la vidéosurveillance".

Dans les deux cas, que je le veuille ou non, des éléments me concernant peuvent transiter sur les réseaux sociaux, bien que non-inscrit sur ces merdes, et même sans ça, la part de marché de FB est telle que cette boîte est en mesure de formater des usages. Dans ce contexte, je dénie à cette boîte toute légitimité (populaire, électorale, intellectuelle ou scientifique) pour "imposer" quelque comportement que ce soit. Quand une boîte est en situation de monopole ou d'oligopole, elle doit se plier à des exigences complémentaires, notamment en terme de respect de la vie privée. C'est tout l'inverse qui se passe, et la puissance marketing de ces boîtes (Google, Facebook) dépasse la capacité des autorités (la CNIL en l'occurrence) pour 1) informer les usagers et 2) interdire les pratiques limites.

Si on suit ton raisonnement, si on ne veut pas se faire niquer par un opérateur de téléphonie qui fait signer des engagements fermes de 24 mois ou qui pratique la vente liée forfait + appareil, il suffit de ne pas acheter de téléphone. Ben non, tout l'intérêt du politique, c'est de poser des règles qui s'imposent aux opérateurs économiques pour éviter leurs excès.

Alors d'accord, si quelqu'un se plaint que ses infos personnelles soient rendues publiques, il aurait dû se poser la question avant d'étaler sa vie sur son profil Facebook. Seulement ce que je souligne, c'est que FB, et toute entreprise fournisseur, a des responsabilités supplémentaires. La multinationale et le consommateur ne sont pas sur un pied d'égalité, jamais. Si tu veux t'inscrire sur FB, tu es obligé d'accepter leurs CGV en bloc, t'as pas le choix, et ce même si c'est contraire à la loi française, et ce même si ça change tous les six mois sans te demander ton avis.

Il est donc trop simpliste et réducteur de se contenter d'un "si vous voulez être peinards, commencez par ne pas vous inscrire sur FB". J'agrée, dans la mesure où je ne suis pas inscrit sur cette merde, mais ça ne suffit pas à rendre compte de l'influence réelle et de la propagation nocive de ce truc.

D'accord avec toi sur le besoin d'échanger et de communiquer sur la toile. Je souligne qu'il est très inquiétant que :

- le P2P, qui est la véritable nature originelle du net, et la définition la plus nette du partage entre internautes, soit diabolisé et combattu à mort (par les industries) ;

- les réseaux sociaux soient à ce point promus et vantés, alors qu'ils déforment le principe du partage entre internautes pour poster en plein centre une enttié purement commerciale qui se goindre de tous les contenus et se fait du fric avec, en mettant qui plus est en danger la vie privée de ses inscrits.

Je ne suis pas prêt à payer ce prix pour échanger des contenus. Du coup, un ou deux emails, une liste de diffusion perso, un blog et un site web, peuvent me permettre d'avoir tous les avantages de cette merde de FB, et bien plus puisque 1) je centralise et conserve les données, 2) je personnalise les services et les adapte à ce que je veux vraiment, 3) je ne subis aucune décision externe ou politique décrétée d'en-haut par FB, et 4) je ne mets pas tous mes oeufs (données) dans le même panier, ce qui est une précaution élémentaire.

D'autres peuvent préférer le conformisme, la standardisation, le formatage et l'espionnage marketing, mais j'estime important de leur répéter qu'ils se mettent en danger et que leur frivolité ne sert que les business plans de quelques millionnaires, et certainement pas leur propre intérêt. Le principal mensonge de FB, c'est de faire croire que chacun peut disposer d'un petit espace perso où faire apparaître tous ses réseaux, ses goûts, bref sa vie... alors que ledit epsace perso est un cube translucide au travers duquel tout le monde peut voir, et qui siphonne tous les contenus au profit du constructeur du cube.

Ce que tu ne comprends pas (et plein d'autres avec toi), c'est que la vie privée et les données personnelles ne doivent relever que de la souveraineté de la personne physique. S'il faut avoir un master en droit pour comprendre les CGV, mettre en place une veille pour connaître et comprendre leurs incessantes modifications, passer une plombe pour maîtriser les fonctionnalités de confidentialité, "découvrir les moyens légaux et techniques de protéger sa protection et celle de son entourage" et puis enfin "profiter de l'objet si les conditions sont réunies", c'est pas un service gratuit, ce truc, c'est un putain de parcours du combattant.

Et je ne vois pas de quel droit une multinationale impose ça. Je répète : si une firme façonne à ce point les idées et comportements sociaux, elle doit faire l'objet d'un contrôle technique, juridique et politique extrêmement poussé, qui dépasse la simple action individuelle de tout un chacun.

Je vois que tu as adopté un comportement raisonné et conscient en ne te livrant pas à ces trucs, en maîtrisant tes images, en créant des liens par d'autres moyens, et tu as tout à fait raison. Je souligne juste que tu ne peux pas écarter le cas de tous les autres en disant que "libre à eux de ne pas s'inscrire", tu sous-estimes la pression sociale, le grégarisme, etc... toutes choses qu'on peut et qu'on doit combattre, mais qui sont également combattues et régulées par le droit de la consommation, par exemple.

Si on a écrit tout un code consacré au droit de la consommation et à la protection des consommateurs, c'est bien parce qu'une relation individuelle, d'égal à égal, entre le consommateur et l'entreprise, n'existe pas. C'est également valable pour les services en ligne tels que les réseaux sociaux, qui sont d'autant plus à réguler qu'ils sont extrêmement intrusifs, passablement exhaustifs, et que leur côté addictif n'est plus à démontrer.
Inscrit le 25/09/2009
79 messages publiés
Je ne peux pas te contredire, étant donné que mon raisonnement se limitait aux informations volontairement transmises par les utilisateurs à ces plateformes, pas les autres cas d'utilisation que tu m'as décrit.

Maintenant, tu me parles d'informations concernant un utilisateur Y qu'un utilisateur X offre/vend à une base de données Z. Si Z fait partie de la sphère privée de Y, on appelle ça de la communication, de la sociabilisation. Au contraire, si Z est extérieur à la sphère privée de Y on appelle ça de la délation, du traçage, de la balance. Dans ce deuxième cas, il y a de fortes chances que les intérêts personnels autour de cette information des deux parties Y et Z soient antagonistes, et c'est quelque chose qui doit être encadré techniquement et/ou légalement, je ne peux qu'être d'accord sur le principe.

Il n'y a que deux types d'entités Z aujourd'hui à ma connaissance permettant de traiter un flux aussi massif : les FB-like et les Etats. La différence, comme tu l'as souligné, c'est que FB opère selon ses propres règles sur une contrée où tout un chacun peut faire valoir sa souveraineté (pour l'instant) : le net. La solution que tu proposes de légiférer au niveau national ou même supranational est déjà vouée à l'échec du fait de la non-souveraineté de nos chers Etats sur le net, qui par définition est sans frontières, sans bannières et comporte multiples dimensions. Je sais que ça ressemble à du Ghost in the shell mais Masamune Shirou était visionnaire pour le coup.

La seule façon pour un ensemble d'Etats d'arriver à (faire croire qu'ils peuvent) légiférer sur le net est de s'acoquiner avec les personnes qu'ils prétendent combattre. Une croisade en façade, une fusion en arrière plan dont le rejeton ne sera vraiment pas beau à voir. Avec la menace de prise en otage par les Etats des liaisons internet des citoyens -aka LOPPSI et tutti quanti- qui priveraient les FB-like de leurs audimats, ce scénario est plausible.

Techniquement, la seule solution réalisable à laquelle je peux penser serait d'arriver à signer numériquement chaque information avec les métadonnées propres à chaque protagoniste X et Y (ou anonymisé non-X) concerné, afin que :
- dans le cas utopique, les infos comportant des métadonnées de type non-X soient interdites de publication;
- dans le cas réaliste, Y puisse (à priori ou à postériori) faire valoir ses droits sur ces infos. Malheureusement c'est un fichage général traçant une frontière entre les X qui s'en remettent à la souveraineté de Z et les irréductibles Y.

Admettons donc que une loi TG-FB ou DTC-FB soit appliquée, au niveau mondial bien sûr, rendant impossible ou répréhensible le fait que X ne puisse balancer sur Y.

Ultimement, que vont se raconter les millions d'individus X si ils ne peuvent pas raconter (volontairement ou pas) des choses sur les non-X ? Cela va puer la consanguinité informationnelle en concentrant le vivier de consommateurs, cela signifierait la décadence puis la fin de ces sites "sociaux". Comme toute entreprise dont l'activité a engendré une évolution comportementale massive, je ne pense pas que les marchés - qui financent ces entreprises - laissent courir. L'actualité est déjà suffisamment riche en exemples de gentil-lobbying de leur part pour prouver ce dont elles sont capables.

Mais trève de pessimisme...

Pour moi, le salut viendra de l'intérieur de ces structures, je pense qu'on atteint un seuil critique qui va faire bouger les lignes, en bien ou en mal : les informations des individus de l'ère FB ne leur suffisant plus, ils sont très malins et ont mis en place une nouvelle sexy-feature déjà acclamée par la foule ( moitié des tweets outre altantique ) pour récolter les informations de l'ère pré-FB. Déjà qu'exercer un contrôle sur les infos du présent est un boulot à plein temps, l'exposition des données personnelles de toute une vie va requérir un effort exponentiel. Ceci va soit nous achever, soit nous libérer.

L'autre morale de ce pavé, c'est que le cocon appelé Etat ne nous protègera jamais efficacement sur les contrées virtuelles. L'Etat a beau dire le contraire, ces illusions n'engagent que ceux qui y croient. Deux choix s'offriront à nous pour nous défendre et faire valoir nos libertés en ligne : émancipation globale des net-citoyens ou émancipation individuelle (mode loup-solitaire). Sur ce, bon weekend
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Septembre 2011
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9