Google+ a atteint un nouveau pallier ces jours-ci, avec plus de 25 millions de membres. C'est un cap certain, obtenu en à peine un mois, qu'il faut relativiser. Il ne s'agit pas du réseau social d'une simple start-up, mais de celui de Google. Au regard de sa puissance sur le web, c'était bien le minimum à atteindre.

Cela fait désormais un peu plus d’un mois que la nouvelle plate-forme sociale de Google, baptisée Google+, a vu le jour. Après les échecs mémorables de Wave et Buzz, trop novateur pour l’un et empêtré dans une polémique sur la vie privée pour l’autre, la firme de Mountain View semble enfin avoir trouvé le juste équilibre pour peser dans les réseaux sociaux, sans pour autant avoir besoin de réinventer la roue.

Après avoir franchi rapidement le cap des 10 millions d’inscrits le 15 juillet dernier, Google+ a atteint un nouveau pallier ces jours-ci puisque le réseau social compte désormais plus de 25 millions de membres. Selon ComScore, qui rapporte ces données, l’audience du site progresse au rythme d’un million de visiteurs supplémentaires par jour. Du jamais vu pour un site web, d’après ComScore.

L’enthousiasme de l’organisme spécialisé dans la mesure de l’audience sur Internet est néanmoins à relativiser. Sans dire que ces chiffres étaient attendus, il faut souligner qu’il est question ici de Google et non d’une simple start-up. Au regard de la puissance incroyable dont dispose la firme de Mountain View, c’est bien le minimum qu’on pouvait attendre du géant de la recherche en ligne.

Reste désormais à savoir si ce démarrage va s’inscrire dans la durée ou si l’attrait de la nouveauté va peu à peu s’estomper. Et surtout, Google+ parviendra-t-il un jour à faire de l’ombre à Facebook ? Pour l’instant, le réseau social de Google est loin d’être une menace pour le site communautaire de Mark Zuckerberg. Facebook compte en effet plus de 750 millions d’inscrits.

Autrement dit, en nombre de membres, Google ne pèse qu’un peu plus de 3 % de Facebook. Reste que le cap des 25 millions a été atteint en trois ans par Facebook, contre un mois par Google+. Cette dynamique s’appuie en particulier sur l’intégration très poussée de Google+ avec les autres services de la firme américaine. Reste désormais à savoir si Google+ doublera Facebook, comme l’a fait Facebook avec MySpace en 2008.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés