Le Parti Pirate allemand a largement dépassé les prévisions. Alors qu'il osait à peine espérer remporter à Berlin les 5% de voix qui lui assuraient un siège au Landestag, le PiratenPartiet a réuni dimanche 8,9 % des suffrages et envoie 15 parlementaires représenter les idées pirates au parlement de Berlin.

Jeudi dernier, nous écrivions que le Parti Pirate allemand avait de réelles chances lors des élections à Berlin. Dimanche, les prévisions ont été surpassées avec le score impressionnant de 8,9 % des voix. Non seulement la jeune formation politique entre au Landestag de Berlin, mais elle devrait y bénéficier de 15 sièges !

Le PiratenPartei fait plus que doubler le score de 3,5 % des voix qu’il avait obtenu dans la capitale allemande en 2009, lors des élections législatives où il avait obtenu au niveau national 2 % des voix. Pour l’ensemble des partis pirates fédérés dans le monde entier, le score obtenu dimanche à Berlin est la seconde grande victoire du Parti Pirate après l’entrée d’un eurodéputé suédois au Parlement Européen, il y a deux ans.

Cette victoire est peut-être plus importante encore du fait que contrairement à la victoire suédoise, qui avait été portée par le procès de The Pirate Bay, le Parti Pirate allemand n’a bénéficié d’aucune actualité particulière pour gagner près d’une voix sur dix à Berlin. C’est une campagne de fond qui lui a permis de réaliser ce succès, prometteur pour l’avenir, même si Berlin était la plus favorable des circonscriptions. Les jeunes y sont nombreux, et la capitale vote traditionnellement à gauche.

Dans le détail, 15 % des moins de 30 ans ont voté pour le Parti Pirate, 12 % chez les moins de 44 ans, 9 % chez les moins de 59 ans, et seulement 4 % chez les plus de 60 ans. Chez l’ensemble des électeurs, le Parti Pirate réalise plus d’un tiers des voix du SPD (28,3 %), arrivé en tête des élections. La CDU obtient pour sa part 23,4 % des voix, tandis que les Verts réalisent 17,6 %.

Comme l’explique à TorrentFreak Sebastian Nerz, le président du PP allemand, le vote de dimanche aura un impact concret sur la formation politique créée en 2006. Non seulement certains bénévoles pourront désormais être salariés et travailler à plein temps pour défendre les libertés numériques et attaquer l’abus de propriété intellectuelle, mais en plus ces idées seront prises plus au sérieux. « Bien des fois on m’a dit  » votre parti n’est pas considéré parce qu’il n’a aucun élu « . Suite au succès de ce week-end, le parti sera nettement mieux placé sur ce plan« , explique Nerz.

Le Parti Pirate souhaite aussi changer la manière de faire de la politique. « Nous démontrerons qu’il est possible d’informer ouvertement et sans mentir les citoyens de ce qu’il se passe, des alternatives possibles et pourquoi une certaine voie a été choisie. Nous démontrerons que les citoyens peuvent être intégrés dans les processus d’étude des faits et dans les choix politiques. Pourquoi ne pas demander aux citoyens leur opinion avant de décider ? Ça vaut bien un essai !« .

Ne reste plus au Parti Pirate français qu’à imiter son homologue d’outre-Rhin. Pour se donner les meilleures chances, le parti a déjà lancé sa campagne des législatives pour 2012.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés