La police britannique continue de traquer les membres d'Anonymous. Deux nouveaux sympathisants présumés, âgés de 20 et 26 ans, ont d'ailleurs été interpellés cette semaine. Cet été, les autorités avaient également arrêté le porte-parole supposé du groupe.

Les temps sont durs pour Anonymous. La communauté virtuelle, qui a fait des attaques informatiques sa marque de fabrique,est depuis quelques mois dans le collimateur des autorités de nombreux pays, en particulier en Europe et en Amérique du Nord où de multiples arrestations de membres présumés ont déjà eu lieu. Des interpellations se sont ainsi déroulées en Espagne, aux États-Unis ainsi qu’en Turquie.

Dernièrement, c’est la police britannique qui a porté un nouveau coup à Anonymous, en annonçant jeudi 1er septembre l’arrestation de deux nouveaux membres supposés du collectif. Les deux suspects, âgés de 20 et 26 ans, sont poursuivis pour avoir mené des opérations illicites à travers un ordinateur, dans le but d’entraver le bon fonctionnement d’un système informatique en y causant des dommages.

La mise en examen de ces deux sympathisants d’Anonymous s’inscrit dans le cadre d’un effort particulier de la police afin de neutraliser les actions de ce groupuscule. Au début du mois d’août, la police s’était fendue d’un bref communiqué dans lequel elle mettait en garde les internautes désireux de rejoindre les rangs d’Anonymous, en mettant l’accent sur la sévérité des condamnations.

À la fin du mois de juillet, le Royaume-Uni avait annoncé avoir mis la main sur le porte-parole présumé d’Anonymous et de LulzSec, un autre collectif du même acabit. Âgé de 18 ans, le jeune homme avait finalement été remis en liberté suite au versement d’une caution. Le juge avait toutefois décidé un certain nombre de mesures d’encadrement, comme l’interdiction de se connecter à Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés