Atari annonce son intention de valoriser ses vieux classiques du jeu vidéo auprès des nouvelles générations de joueur, en les adaptant sur les supports de jeux mobiles et en ligne. C'est dans les pots neufs qu'on remet les plus vieilles confitures ?

Avec les jeux en Flash, en HTML5 ou sur les systèmes d’exploitation mobiles iOS ou Android, le jeu vidéo a fait un formidable bond en arrière dont tout le monde se félicite. Les jeunes générations découvrent avec joie sur leur mobile ou sur Facebook les adaptations des vieux jeux vidéo de papa, qu’elles auraient trouvé « nazes » si ça avait été les mêmes jeux sur leur PS3 ou sous Windows. C’est ainsi. Le support détermine la qualité acceptable du titre.

Ce retour en arrière fait le plus grand bonheur des éditeurs de jeux vidéo qui détiennent toujours les droits sur leurs anciens hits, et qui ont donc déjà pu tester par le passé le succès de certaines formules. C’est ainsi que l’on voit revivre la série des Monkey Island, Sim City, Tetris, Pac Mac et bien d’autres.

Surfant sur la vague, Atari vient d’annoncer la nomination de deux nouveaux vice-président, Owais Farooqui (pour le « Digital Publishing ») et Maria Pacheco (pour le « Mobile »), qui « seront responsables du développement et de la mise en place d’une stratégie pour les jeux mobiles, sociaux et en ligne cohérente, destinée à valoriser au mieux les franchises légendaires d’Atari auprès d’une nouvelle génération de joueurs« .

Les titres phares d’Atari comme Asteroïds, Pong, Gauntlet, Paperboy ou Marble Madness seront ainsi adaptés pour être jouables en ligne sur le site Atari.com, sur Facebook, et sur Google+ qui mise sur les jeux vidéo. Atari annonce aussi des adaptations à venir sur les smartphones et les tablettes, probablement à la fois sur iOS et Android, voire plus si affinités.

Atari a été racheté en 2001 par Infogrames, qui utilise désormais Atari comme seule marque commerciale. Le site officiel Atari.com propose déjà quelques classiques à rejouer en ligne, comme Centipede, Asteroids, Haunted House ou Missile Command.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés