Publié par Julien L., le Mardi 15 Mars 2011

Bon Jovi accuse Steve Jobs de tuer l'industrie de la musique

Le chanteur Bon Jovi n'apprécie pas le panorama actuel de l'industrie musicale. Alors que les boutiques en ligne et les services de streaming fleurissent sur Internet, il reproche à Steve Jobs d'avoir enclenché un processus avec l'iTunes Store qui a mis fin à l'époque des disquaires et du plaisir de fureter dans les rayons.

La mainmise d'Apple sur le marché de la musique numérique, en particulier aux États-Unis, ne fait pas que des heureux. L'entreprise américaine, qui contrôle près de 70 % du marché nord-américain, doit occasionnellement encaisser les critiques voilées des majors mais aussi des artistes eux-mêmes, pour différentes raisons. Dernièrement, c'est Bon Jovi qui s'en est pris directement à Steve Job.

"Les enfants d'aujourd'hui ont manqué toute l'expérience de mettre des écouteurs, de monter le son, de tenir la pochette, de fermer les yeux et de se laisser à écouter un album" a déclaré le chanteur américain, dans un entretien accordé au Sunday Times Magazine. Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette.

"Mon dieu, c'était une époque merveilleuse, vraiment merveilleuse. Je déteste m'entendre parler comme un vieil homme [...], mais je suis dans une génération où les gens vont se demander 'qu'est-ce qu'il s'est passé ?' Steve Jobs est personnellement responsable du meurtre de l'industrie du disque" a-t-il tranché, pointant du doigt l'arrivée de l'iTunes Store en 2003.

Alors que les maisons de disques s'inquiètent surtout de leur dépendance croissante à un petit nombre d'acteurs, Bon Jovi considère surtout que ces derniers ont saboté l'expérience de la musique et de sa découverte. Il n'est pas question ici de téléchargement illégal ou de la part (30 %) qui revient à Apple à chaque transaction effectuée sur l'iTunes Store.

Malheureusement pour Bon Jovi, la situation ne va vraisemblablement pas s'inverser de sitôt. L'iTunes Store est en pleine forme et a passé l'an dernier le cap des 10 milliards de titres téléchargés depuis sa plate-forme en ligne, après avoir vendu un milliard de chansons quatre ans auparavant. Et ce n'est pas le développement du streaming qui va remédier à cette tendance de fond.

Et vous, regrettez-vous l'époque où vous achetiez des albums et des singles dans le commerce ? Privilégiez-vous toujours les supports physiques, par passion ou par conviction ? Ou bien avez-vous complètement basculé dans le tout numérique, entre plates-formes numériques et services de streaming ?

Publié par Julien L., le 15 Mars 2011 à 17h19
 
57
Commentaires à propos de «Bon Jovi accuse Steve Jobs de tuer l'industrie de la musique»
Inscrit le 30/04/2005
12571 messages publiés
lol l'industrie musicale s'est suicidée toute seule, elle a pas eu besoin d'Apple
Inscrit le 02/03/2009
461 messages publiés
Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette

Et c'est tant mieux.
Inscrit le 26/02/2009
517 messages publiés
Et oui, maintenant on ne peut plus écouler une daube avec une jolie jaquette
Je n'achete pas de musique, je vais au concert
En revanche j'aime a acheter mes dvd ou mes jeux en éditions physiques et de préférence en version collector (Ceci dit, je n'achete que des indépendants ou les licenses SC/diablo)
Inscrit le 09/11/2006
41 messages publiés
Il a raison.

Et puis je rajouterais que cet enc***é de Thomas Edison en inventant l'ampoule électrique a tué toute l'industrie des chandeliers. Et ça, on oublie souvent de le dire.
Inscrit le 09/12/2003
591 messages publiés
Un artiste qui regrette le temps ou l'on achetait un album pour sa pochette est à mon humble avis un triste crétin.
De l'époque où l'on achetait d'abord et où l'on s'apercevait ensuite si l'on aimait ou pas, j'ai toujours des dizaines de 33t et CD que je n'ai écoutés qu'une fois...
Inscrit le 20/02/2009
959 messages publiés
"Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette"

Ah oui, la belle époque où tu croisais les doigts pour que ce que tu t'apprêtes à acheter ne soit pas trop pourrie. Quand à la pochette, c'est sûr qu'elle t'aide vachement à déterminer la qualité de ce qu'elle contient. Cela étant, je suis pas pour le 100% dématérialisé. Concernant le meurtre, je pensais bêtement que cette industrie (pas si morte que ça encore) s'en était chargé elle même.
Inscrit le 09/09/2008
10 messages publiés
"Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette"
He oui c'est dommage pour eux, mais maintenant on peut écouter avant d'acheter.

Parce que moi aussi j'ai connu cette "grande" époque, et combien de fois j'ai acheté un album parce que le single était bien... et ensuite grosse déception sur le reste de l'ablum.
On ne peut plus bâcler 5 chansons pour finir/ remplir un album !
Inscrit le 13/03/2009
137 messages publiés
ce que bon jovi oublie c'est que le piratage de la musique faisait déjà des ravages bien avant que les plateformes légales furent ouvertes !
C'etait à eux déjà à l'epoque de prendre les devants ! Sauf tout le monde a cru qu'internet serait une mode ... ! Personne n'a cru et vu les millions de possibilités qui commençaient à s'ouvrir ! Du bon comme du mauvais .... comme dans la vrai vie !
Inscrit le 15/03/2011
3 messages publiés
Amateur de musique depuis l'adolescence, et ayant connu la fin des années vinyle et l'expansion du CD (j'ai 35 ans, quoi ), je peux (un peu) comprendre quand Bon Jovi parle de l'expérience liée à l'écoute de la musique, mais tout ça était lié à une autre époque, d'autre modes de diffusion de la musique. A présent je suis toujours adepte du support physique chez moi (et même en belles éditions vinyles pour les nouveaux albums des artistes dont je suis fan) mais aussi de musique dématérialisée, quand certaines rééditions, certains EP et singles ne sont disponibles qu'en téléchargement... Je numérise tout doucement ma collection personnelle (vinyles, CD, même cassettes pour les enregistrements rares) car le mp3 est tout de même très pratique à l'extérieur, en voyage... Et le streaming payant (Spotify pour ma part) me permet de découvrir des nouveautés...

Là où Bon Jovi se trompe, c'est que la musique digitale ne tue pas l'expérience de la musique, mais en propose au contraire de nouvelles, liées aux progrès technologiques. La marchandisation à outrance, le gavage opéré par le marketing de l'industrie musicale pendant plusieurs décennies sont à blâmer, tout ça a nuit bien plus à l'amour de la musique que l'apparition du mp3 puis des plate-formes de téléchargement payant...
Inscrit le 15/02/2011
107 messages publiés
De toutes façon il s'en fout il fait plus de musique.
Inscrit le 05/05/2009
1192 messages publiés
Il dit n'importe quoi ce mec!
C'est les pirates qui ont tué l'industrie du disque!
Inscrit le 27/05/2009
428 messages publiés
"Les enfants d'aujourd'hui ont manqué toute l'expérience de mettre des écouteurs, de monter le son, de tenir la pochette, de fermer les yeux et de se laisser à écouter un album" a déclaré le chanteur américain, dans un entretien accordé au Sunday Times Magazine.
(..)
"Mon dieu, c'était une époque merveilleuse, vraiment merveilleuse. Je déteste m'entendre parler comme un vieil homme [...], mais je suis dans une génération où les gens vont se demander 'qu'est-ce qu'il s'est passé ?' Steve Jobs est personnellement responsable du meurtre de l'industrie du disque" a-t-il tranché, pointant du doigt l'arrivée de l'iTunes Store en 2003.


Moi aussi je vais passer pour un vieux con (la trentaine pourtant pfff), mais je suis d'accord avec lui. Je me souviens ado avoir beaucoup arpenté les rayons de la Fnac et de Virgin, avoir usé pas mal d'écouteurs sur place. Après, il ne faut pas trop enjoliver non plus, je me souviens aussi avoir souvent attendu pour avoir un casque, voire revenir bredouille. Et ça c'était pénible. Parce qu'on hésitait pas mal à lâcher 110 ou 120 francs (~18€ pour les trop jeunes :-)) quand on ne pouvait pas en écouter un peu avant !

Autre point, je suis content de ma collection de quelques dizaines de bons CD (de Bob Marley à Nirvana en passant par Noir Desir) et vinyls (de Bill Haley à Pink Floyd) que je n'échangerais pour rien au monde contre les milliers de MP3 que je peux avoir sur mon PC, dont beaucoup même pas écoutés, faute de temps. Car après l'achat du-dit album (vinyl ou CD), on prenait le temps de l'écouter; Après le téléchargement, c'est une autre histoire ...

Par contre, s'il y a un point où je ne regrette pas le numérique et le P2P, c'est pour récupérer des Live, ces fameux imports qu'on recherchait chez des disquaires obscures ... et que généralement on ne trouvait pas. Là, plus aucun souci : quand quelqu'un l'a et l'uploade, tout le monde peut enfin en profiter.

Vieux cons contre jeunes cons, tout est question d'époque. Mais perso je ne regrette absolument pas d'avoir connu la musique dans l'ère pré-numérique.
Inscrit le 08/10/2010
40 messages publiés
slainer68, le 15/03/2011 - 17:43
Il a raison.

Et puis je rajouterais que cet enc***é de Thomas Edison en inventant l'ampoule électrique a tué toute l'industrie des chandeliers. Et ça, on oublie souvent de le dire.


Totalement d'accord.
Et la magie des pigeons voyageurs, des diligences et du morse.
Inscrit le 04/10/2005
1096 messages publiés
"Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette" ...

BON JOVI, ce mec a toujours un rebel du dimanche.... pas très rock'n roll comme conseil... combien il se fait par an avec Itunes et les autres corpo de l'industrie du divertissement Bon Jovi? n'oublions pas que ce groupe est celui qui fait le plus de thune aux states avec ces concerts et des albums encore plus mièvres que ceux de Céline Dion.
Inscrit le 06/09/2010
7 messages publiés
me permet de copier/coller un com que j'ai laissé chez Paul da Silva puique c'est le sujet

Pour ma part j'achète de plus en plus de CD.
J'achète des CD que souvent je peux écouter en streaming sur des plateformes légales comme deezer ou autres.

Peut être que je pourrait les télécharger sur des plateformes " illégales ", mais en fait je cherche même pas.

Une fois le CD acheté, je le rip, le mets sur mon DD externe et/ou mon téléphone et le skeud, si le chien l'a pas bouffé comme ça m'arrive régulièrement, je le laisse à des potes qui tiennent un bar/resto.

L'objet de plastique je m'en fous. Les beaux livrets c'est bien mais le chien les défonce. Et de toute façon c'est la musique qui m'intéresse, pas l'emballage.

Donc pourquoi j'achète le CD ?
Parce qu'il s'agit de musique locale, de musiciens qui sont à côté de chez moi, avec qui je discute lors de leur concerts, ou sur facebook. Le pire c'est que souvent je connais l'un d'entre eux ou que l'on a des potes en commun.

Pire que ça, labels, maisons de disques, distributeurs sont locaux.

Acheter un CD est pour moi un acte militant, exactement du même type qu'acheter ma bidoche en circuit court. En achetant le CD je suis acteur dans un environnement qui va de l'asso du club de foot du bled à côté qui organise un concert pour se financer jusqu'à la secrétaire du label basé en Centre Bretagne et qui est contente d'avoir un taf à mi temps sans avoir à s'expatrier.

Il me manque juste un élément pour aller plus loin dans cette action : comment mieux promouvoir cette musique afin de lui permettre de s'améliorer, de se diversifier et de toucher plus de monde †et surtout de faire plus de thune, puisque cet argent est de toute façon réinjecté dans l'économie locale.
Inscrit le 21/04/2009
995 messages publiés
Trycer, le 15/03/2011 - 17:57
Il dit n'importe quoi ce mec!
C'est les pirates qui ont tué l'industrie du disque!


Non c'est les Vikings !
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Dommage que ça ne soit pas l'industrie de la musique qui ait tué Bon Jovi, on le regretterai pas.
Inscrit le 27/10/2010
408 messages publiés
Vu comme elle gueule sur tout ce qui fait Internet, je dirais qu'elle n'est pas encore assez morte l'industrie musicale...

Sinon, j'aime bien la mention "les maisons de disques s'inquiètent surtout de leur dépendance croissante à un petit nombre d'acteurs", c'est vrai qu'on a pas juste 2/3 majors qui règnent sur le monde de la musique à force de rachats.

Ce qui a vraiment tué le plaisir d'aller acheter "à la pochette", c'est surtout les majors qui ont décidé de céder aux sirènes des grandes surfaces et laissé mourir les disquaires...
Inscrit le 29/06/2009
590 messages publiés
Shingles, le 15/03/2011 - 17:47
"Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette"

Ah oui, la belle époque où tu croisais les doigts pour que ce que tu t'apprêtes à acheter ne soit pas trop pourrie. Quand à la pochette, c'est sûr qu'elle t'aide vachement à déterminer la qualité de ce qu'elle contient. Cela étant, je suis pas pour le 100% dématérialisé. Concernant le meurtre, je pensais bêtement que cette industrie (pas si morte que ça encore) s'en était chargé elle même.

Bah, toi peut-être, mais quand "Powerslave", "Live After Death" et "Somewhere in Time" sont sortis (en 84, 85 et 86), on pouvait les acheter les yeux fermés, puis les rouvrir pour mettre la galette sur la platine et scruter la pochette peinte par Derek Riggs (et une pochette en format 33t, quelle claque) pendant des heures et des heures tout en faisant tourner l'album encore et encore. Putain d'époque.

Ah ça oui, des bouzes, j'en ai acheté aussi, mais des moments magiques comme ceux là, ça fait une belle paye que je n'en ai pas éprouvé.
Inscrit le 29/10/2009
299 messages publiés
des fois, je me demande si c'est la musique que vous aimez ou le support sur laquelle elle est enregistrée ...

moi je vois je les vieux supports comme une contrainte, s'en affranchir montre au gens la vrai valeur d'une copie numérique : quelques octets.
Inscrit le 18/09/2009
637 messages publiés
Quand on commence une phrase par "les enfants d'aujourd'hui" ou "de mon temps", ce n'est pas qu'on est vieux c'est qu'on est dépassé!
Inscrit le 04/09/2002
2868 messages publiés
pour répondre à la question posée, moi qui est la quarantaine, je ne regrette absolument pas cette époque: j'y ai dépensé pas mal de sous (et c'était encore plus onéreux qu'aujourd'hui) pour des disques qui s'entassaient et qui étaient finalement peu pratiques à manipuler: un jukebox à disque dur est autrement plus pratique et le concept de dématérialisation de la musique (et de la vidéo) me semble donc l'idéal. Du moment que les DRM contraignantes disparaissent bien évidemment...

beaucoup de gens ont décidémment beaucoup de mal à vieillir et suivre le temps qui passe.
[message édité par mynameisfedo le 15/03/2011 à 18:45 ]
Inscrit le 29/04/2009
1495 messages publiés
- Nostalgie quand tu nous tiens : incèrement, je le plains - LOL - !
Un ringard des Trente Glorieuses ... la fin d'une époque faste et révolue pour l'industrie du divertissement ....mais si les artistes connus comme lui, ne vivent plus de la vente de leurs disque ; ils gagnent encore bien leur vie grâce aux tournées & concerts ...
Inscrit le 30/10/2008
699 messages publiés
Ceci dit, avec iTunes, le mode d'achat de la musique est devenu encore plus compulsif et consumériste (Steam a le même effet sur l'achat de jeux videos). Je suis pas sur qu'on y gagne au change.
Inscrit le 10/04/2010
1 messages publiés
Hum, c'est juste que les gens préfèrent avoir un contenu interessant plutot que d'avoir le support qui va avec. Je préfère pouvoir écouter traquille une musique sur spotify que d'avoir à payer pour finalement un album qui ne va pas forcément me plaire...
Mais comme a dit un autre, je préfère aller aux petits concerts style Naive New Beaters, Bishops ou autres que de payer pour leur album. À l'époque classique on payait soit pour la partoche, soit pour la représentation en concert. Oui les artistes étaient rémunérés, pas de la même façon.
Inscrit le 11/04/2004
1311 messages publiés
C'est celui qui le dit qu'il y est. Suffit d'écouter Bon Jovi. On a compris.

:-/
[message édité par Makhno le 15/03/2011 à 19:00 ]
Inscrit le 20/09/2009
6569 messages publiés
J'y crois pas !!! Le gus qui chantait "Keep the faith", aurait-il perdu la foi ?

En tous cas moi c'est clair et net: pas de nostalgie pour les albums physiques. En plus dans ma jeunesse c'était des supports qui se dégradaient vite (disque vinyle ou K7 audio).
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Plus aucun CD acheté depuis le vote de DADVSI en 2006, en ce qui me concerne.

Ce qui ne veut pas dire que je n'ai jamais pratiqué le téléchargement payant depuis. Mais les supports externes, finito, et depuis un bail.
Inscrit le 04/03/2011
3 messages publiés
Le crime c'est d'appeller ça une industrie, sale vieux con !
Inscrit le 09/02/2009
872 messages publiés
ben pour une fois que c'est pas de la faute a sarkozy..... moi j'etais convaincu que c'etais les internautes qui avait tué l'industire du disque !

quand a moi je regrette cette époque nostalgique ou je me faisais conseillé les cd par le disquaire (uniquement par pur nostalgie) mais je prefere l'abondance que propose le net ( bien que je fasse parti des quelques blaireaux de mon entourage a acheter les cd qui en vaillent la peine).

Quand au pere bon jovi j'adore certain de ses albums devenu completement ringard aujourd'hui.

Raise your hand !!!!
Inscrit le 09/07/2009
1118 messages publiés
Il semblerait qu'il n'y ai pas que l'industrie du show business qui a accumulée quelque décennies de retard, une grande partie des "artistes" souffrent du même symptôme, tout comme les hommes politiques de droite d'ailleurs.

Ils doivent beaucoup souffrir ces pauvres attardés qui se sentent si mal dans l'époque fantastique du numérique.
Inscrit le 22/02/2010
70 messages publiés
apple + sacem + hadopi = fin de l'accès a tous à la culture ... sauf ceux qui ont les moyens
Inscrit le 15/03/2011
279 messages publiés
Ah oui j'y étais aussi j'ai 30 ans. Alors je raconte pour les petits jeunes.
Quand on allais a la Fnac, 1 casque sur 10 fonctionnait correctement. Et quand on passait le CD sous la borne pour écouter des extraits, 3/4 des CD n'etaient pas référencés, donc pas écoutables. Et pour les autres magasins comme virgin, le vendeur te dévisageait si tu venait pour écouter une dizaine de CD au guichet. Je passe l'épisode où seulement 4 chansons sont potables sur un album et aussi l'épisode des livrets avec 2 pages. Je passe aussi l'épisode des 2 titres vendus 6€ et les maxis plus de 12€...
Et pour les petits disquaires indépendants où le vendeur ne prenait pas le temps de te regarder et te dit "non c'est pas possible d'ecouter" c'etait tellement bon.

Ah oui que ca me manque tout ça...
[message édité par ladyblabla le 15/03/2011 à 20:24 ]
Inscrit le 16/11/2009
1079 messages publiés
C'est la lecture aléatoire qui à tué le CD, pour n'en garder que les titres qui fonctionnent tout seul. Les faces évoquées par un punk, n'ont qu'un format de 20 minutes; et 20 minutes de très bon c'est rare. Avec des CD de 50 minutes, cela devient encore plus problématique, puis c'est trop long.

Ensuite, on se ballade tous avec nos écouteurs, nos playlists perso, les seules écoutes partagées possibles sont dans les concerts, les autres ne sont que promotions, matraquages et ont ruiné les patiences, ce qui fait que la référence à un CD n'existe plus.

Avec l'age, apparait l'écoute sélective, et quand, sur une écoute d'une heure, le cerveau génère un bruit blanc pendant plus de 65% du temps, je pense qu'il est temps de passer à autre chose.

Donc, je n'achète plus de supports depuis avant (Napster,AG, et, la suite; et, je n'ai pas de pommes à "centrifuger" sur itunes.
[message édité par Schlock le 16/03/2011 à 00:12 ]
Inscrit le 17/10/2008
407 messages publiés
Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette

Et c'est tant mieux.

+1000

C'est fini l'époque pigeon!
Inscrit le 15/03/2011
3 messages publiés
vengeur que vous ete injuste une belle pochette pour les vinyl s etais la classe maintenant j ai pas dis il ny avais pas de daube a l epoque vinyle
Inscrit le 05/11/2009
70 messages publiés
moi j'ai 44 ans donc quand j'ai été ado et que je mettais un vinyle ou un cd sur ma chaîne ça déchirait plus en terme de qualité sonore que mon ipod ou mon ordi. je passerai peut être au tout numérique quand on proposera du son haute def bref quelque chose qui soit un progrès et non une régression (mp3).
Inscrit le 11/06/2010
416 messages publiés
z6100, le 15/03/2011 - 21:07
Il a ajouté que les jeunes ne savent plus ce que c'est de prendre son argent de poche et d'acheter un album de musique en regardant uniquement la pochette

Et c'est tant mieux.

+1000

C'est fini l'époque pigeon!


Tu m'étonnes, combien de fois on a pas pesté en achetant un album pour se rendre compte qu'il y avait qu'une ou deux chansons de bien sur tous l'album.

Notre chère Bon Jovi oublie de dire que si ce type de commerce marche, c'est parcequ'il y a une demande croissante pour acheter de la musique en ligne.
Tout cela porte un nom : l'évolution.

Et vous savez ce qu'on dit sur l'évolution. Tu t'adaptes à ce nouveau marché ou tu crèves.

Les choses changent et je suis bien content.
Inscrit le 08/04/2009
544 messages publiés
Autant je n'approuve pas sa remarque sur l'intérêt d'une pochette (à l'époque de mes 15 ans, je n'avais que des copies de cassettes copiées, sans pochette évidemment) autant je le rejoins sur le mal que steve jobs fait à l'industrie musicale, en s'imposant comme un nouvel intermédiaire entre l'artiste et le consommateur.

Il n'y a pas que du mauvais dans l'aspect commercial de la musique, mais la réduire uniquement à cela ne me plait pas du tout. Savoir qu'il n'y a qu'une seule entreprise qui vend près de 70 pourcents de la musique numérique aux USA est terrifiant et terriblement néfaste pour la culture.
Inscrit le 14/12/2010
4 messages publiés
''Regrettiez vous'' ? : Qui vous dit que j'ai déjà acheté du mp3 en ligne ? Même si le discours de Bon Jovi peut sonner un peu réac' (et il est présenté comme tel), on ne peut pas lui donner totalement tort : la régression dans l'écoute musicale est un fait. Alors que le vinyl présente un son bien plus percutant, nous sommes tout de mêle passés au numérique avec CD, dont le rendu épuré laisse à désirer, puis au mp3 tout crado dont l'intérêt n'est que sa portabilité.

Vous parlez d'évolution mais vous achetez de la musique encodée dans un débit absolument merdeux pour un prix soi disant très avantageux. À défaut d'être moderne, je dirais que c'est une forme de flemme intellectuelle. Et de mauvais goût.

Bon Jovi pointe surtout la pratique consumériste de la musique et de la culture en général aujourd'hui entièrement distribuée par les entreprises. Si Steve Jobs a tué l'industrie musciale et sa capacité à se renouveler, alors Lucas a tué le cinéma et Amazon le monde littéraire.
Inscrit le 16/11/2009
1079 messages publiés
Crepitus, le 16/03/2011 - 09:29
Autant je n'approuve pas sa remarque sur l'intérêt d'une pochette (à l'époque de mes 15 ans, je n'avais que des copies de cassettes copiées, sans pochette évidemment)

90% de mes mp3 ont la pochette incrustée, c'est une clé pour déchiffrer l'oeuvre, l'agrémenter d'un état d'esprit.

Bon après cela doit dépendre de ce que tu écoutes... C'est vrai que les lossless, je n'ai pas les outils pour incruster les images.
Inscrit le 09/03/2010
1113 messages publiés
Il est personnellement responsable de ce meurtre...y'a qu'à écouter ses disques !
Inscrit le 09/03/2010
1113 messages publiés
EmilienJ, le 15/03/2011 - 20:21
apple + sacem + hadopi = fin de l'accès a tous à la culture ... sauf ceux qui ont les moyens


elle se trouve pas là,la culture...
Inscrit le 19/10/2010
150 messages publiés
- Oh mon Dieu, ils ont tué l'industrie du disque !
- Espèces d'enfoirés !!

L'industrie du disque, c'est le running gag de Kenny dans les premières saisons de South Park, elle meurt à chaque épisode. Le jour où elle va vraiment mal se porter, on n'y croira même plus.

Ca veut pas dire que je porte spécialement Steve Jobs dans mon coeur, mais bon. Une industrie qui s'offusque de ne pas pouvoir faire son business dans les mêmes conditions qu'il y a 40 ans, j'en connais pas beaucoup. Les fabriquants de PQ, peut-être ?
Inscrit le 12/09/2008
362 messages publiés
Ian777, le 16/03/2011 - 09:39

Vous parlez d'évolution mais vous achetez de la musique encodée dans un débit absolument merdeux pour un prix soi disant très avantageux. défaut d'être moderne, je dirais que c'est une forme de flemme intellectuelle. Et de mauvais goût.


La musique enregistrée n'a qu'une centaine d'année...

Je ne comprend pas qu'on la mette sur un piédestal de la culture pour quelque chose d'aussi éphémère et qui n'évolue plus d'un pouce !

Toujours pas de nouveau format comme les Master de studio très facile à diffuser avec les technique d'aujourd'hui

Toujours une qualité plafonnée au 44100Hz 16bits par le seul "master" en distribution : le CD

Un contenant qui ne fait que s'appauvrir (putain de boite Cristal qui se pète au moindre choc) une pauvre boite en plastique avec un livret minable.

Un contenu qui ne fait que s'appauvrir aussi avec des dynamiques toujours plus compressé sans parler de la soupe qu'on enregistre dessus...
Inscrit le 16/03/2011
1 messages publiés
ben moi je suis de sa génération (à bon jovi), et je suis d'accord avec lui.
je ne compte plus le nombre de fois ou je me suis installé à coté de ma platine 33t, à passer en boucle les 2 faces du nouveau disque que je venais d'acheter les yeux fermés (queen, daho, téléphone).
je lisais (j'apprenais ?) les paroles à chaque passage.
je m'imprégnais des textes.
au passage, si j'ai un bon niveau d'anglais aujourd'hui, c'est en partie grace à ces heures passées à lire et relire les notices qui allaient avec ces 33t.
aujourd'hui on écoute avant d'acheter (comme l'un des commentaires le dit), j'ai l'impression que c'est davantage du collectionage qu'autre chose. on télécharge (légalement ou pas) pour l'ajouter au 10.000 titres que l'on possède déjà. Mais combien de titres connaissez-vous réellement ?
alors, certes, "de mon temps", il n'y avait pas d'internet, de messagerie, d'ipad ou de sms, seulement 3 chaines de télé (gratuites), mais le sida n'existait pas, les attentats terroristes et les accidents nucléaires non plus.
était-ce mieux ou moins bien ?
chacun son opinion.
Inscrit le 16/03/2011
1 messages publiés
Vous avez vu la "pochette d'album" a l'arrière plan à gauche de sa tête sur la photo?
hmmmmmm
ceci expliquerait-il cela?.....
[message édité par zmatz le 16/03/2011 à 11:33 ]
Inscrit le 16/03/2011
1 messages publiés
Le numérique c'est un choix de musiques que n'importe quelle FNAC n'aurait jamais pu offrir. C'est aussi une grande qualité de son (Itune) ou on redécouvre la musique.
C'est la liberté après s'etre fait "amusé" par les majors pendant des décennies sur le prix du vynil, puis du CD. Rappel un "bon" artiste ne touche qu'un euro sur le prix d"un disque.

J'adore ta remarque slainer68; donc aucune larme
Inscrit le 19/11/2009
367 messages publiés
Steve Jobs a tué l'industrie du disque, et Bon Jovi a tué le hard rock, 1 partout balle au centre.
Inscrit le 29/06/2009
590 messages publiés
Leto42, le 16/03/2011 - 13:48

Steve Jobs a tué l'industrie du disque, et Bon Jovi a tué le hard rock, 1 partout balle au centre.


Tu exagères un peu : ses deux premiers albums étaient d'excellente facture (1984 : Bon Jovi - 1985 : 7800° Fahrenheit), et il n'y avait pas grand chose à jeter. Ils sont même encore écoutables...
Et si on n'aime pas, c'est une affaire de goût.
Inscrit le 17/08/2010
975 messages publiés
un, le 16/03/2011 - 14:52

Leto42, le 16/03/2011 - 13:48

Steve Jobs a tué l'industrie du disque, et Bon Jovi a tué le hard rock, 1 partout balle au centre.


Tu exagères un peu : ses deux premiers albums étaient d'excellente facture (1984 : Bon Jovi - 1985 : 7800° Fahrenheit), et il n'y avait pas grand chose à jeter. Ils sont même encore écoutables...
Et si on n'aime pas, c'est une affaire de goût.

Oui en effet, je plussoie, même si le hard FM (nommé ainsi pour sa propension à passer sur les radios FM) n'est pas ma tasse de thé.

Sinon, la dernière fois que je suis passé à la ****, j'y suis resté une heure dont la grande majorité, accroché à une borne d'écoute. Je suis reparti avec 2 CDs dont j'ai pré-écouté des extraits. Je ne regrette pas mon achat.
Il est, cependant clair, que sans ces pré-écoutés, je n'aurai rien acheté.

Et dire qu'il existe des crétins qui veulent nous faire acheter de la musique sans nous fournir un échantillon.
Inscrit le 29/03/2007
189 messages publiés
Bientot la plupart des jeunes ne sauront plus ce que c'est de prendre leur argent de poche pour acheter un disque, parce qu'apres avoir payé le loyer, la bouffe et l'essence, Papa qui est en CDD et Maman qui travaille à mi temps n'auront plus de sous.
Inscrit le 16/03/2011
2 messages publiés
Si c'est la nostalgie de sa jeunesse dans les boutiques disquaires que Pom (Pom) Jovi essai de nous vendre, c'est très mal exprimé.

Si par contre c'est sa déception de vendre plus de singles que de mauvais albums, alors là bingo... on a tous compris mais ce sera sans compassion pour ma part.
Inscrit le 09/04/2009
1380 messages publiés
et ba qu'est ce qu'il y'a comme vieux ici ! Et ca se croit branché parceque ca lit numerama ...
Moi je preferais le temps de ratiatum ou on apprenait a configurer Emule et a se connecter au news groups !
Inscrit le 09/04/2009
1380 messages publiés
et ba qu'est ce qu'il y'a comme vieux ici ! Et ca se croit branché parceque ca lit numerama ...
Moi je preferais le temps de ratiatum ou on apprenait a configurer Emule et a se connecter au news groups !
Inscrit le 12/02/2011
192 messages publiés
"Et vous, regrettez-vous l'époque où vous achetiez des albums et des singles dans le commerce ?"

Il y avait de l'émotion de tenir dans sa main la pochette ou le livret, de mettre le disque ou la cassette dans le lecteur, d'appuyer sur "play" ou "rewind". Ca existe toujours, mais il faut avouer que la dématérialisation est plus pratique à l'usage.

"Privilégiez-vous toujours les supports physiques, par passion ou par conviction ? Ou bien avez-vous complètement basculé dans le tout numérique, entre plates-formes numériques et services de streaming ?"
J'utilise toujours les CD avec mon lecteur 5 CD "play&change" de Yamaha ; à condition d'avoir un réel lien affectif avec l'artiste ou que la musique me plaise beaucoup.

Dans un sens, je suis d'accord avec Bon Jovi quand il dit que les jeunes n'apprécient plus correctement la musique :

1- Aujourd'hui les jeunes téléchargent des Mp3 192 Kb/s ou AAC 110 Kb/s et écoutent la musique dans des baladeurs sans jamais avoir l'expérience d'une écoute Hi-fi. Et c'est dommage.

Cependant, quand on achetait de la variété en 45 tours ou des Cd 2 titres avec un single capable de faire un tube et le reste des chansons minables (qui servaient à faire des droits d'auteurs et droits voisins supplémentaires), je ne suis pas sûr qu'on avait l'occasion d'apprécier mieux la musique.

2- D'autre part, je regrette le quasi-monopole iTunes : perso, j'achète ou j'écoute les musiques sur musicme.com ou jiwa.fm ou noomiz.com ou fairtrade-music.com . Et il existe des sites comme qobuz.com starzik.com airtist.com last.fm etc - à lire : la liste de sites que je viens de découvir sur le blog de PapyGeek http://www.papygeek....usique-gratuits

3- Bon Jovi c'est "THE" groupe de rock américain des années 80 et qui dure avec moins de succès - mais heureusement il y a internet qui nous donne plus de choix et qui leur permet de durer mais d'être moins payé :-( : respect :-)
[message édité par joma74fr le 17/03/2011 à 09:54 ]
Inscrit le 04/06/2011
1 messages publiés
Le point de vue de Jon Bon Jovi est plus que défendable, si on se donne la peine de s'y arrêter un peu, et un certain nombre d'arguments cités contre sont très discutables.
Internet n'a pas inventé le piratage. Et iTunes ne l'a pas stoppé. Certes, "je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre...", mais les platines double K7 qui copiaient en boucle la seule copie vinyle ou CD d'un album acheté dans un lycée, ça existait bien avant Napster. Les bootlegs de concert des légendes des années 60, il y en a partout, c'est bien qu'ils ont été enregistrés sauvagement, parfois en direct sur la console de la salle de concert.
Et malgré iTunes, on peut toujours trouver n'importe quel titre en mp3 gratuitement en s'aidant 2 minutes de Google.
Une meilleure visibilité grâce à Internet ? Il faut s'en donner la peine pour trouver des artistes inconnus. Il faut les chercher, s'intéresser à eux. Ils ne viennent pas tout seul s'afficher sur votre navigateur. Ce n'est pas plus facile que d'aller chez son disquaire et fouiller dans les bacs. Les "gros vendeurs" sont toujours les plus visibles sur Internet. Et ceux qu'on y a découvert seraient-ils passés inaperçus à une autre époque ? Personne ne peut répondre à ça.
L'industrie du disque ne s'intéressait qu'aux gros vendeurs ? On ne peut pas dire que qui que ce soit attendait "Nevermind", que "OK Computer" soit un album taillé pour la FM, ou plus récemment que Peter Doherty ressemble au gendre idéal.
On achetait des albums entiers pour un seul bon titre ? Les singles, ça existait. Et il suffisait que j'aille voir mon disquaire avec la galette pour qu'il me la pose sur la platine, me passait le casque et me laisse tout le temps que je voulais pour l'écouter. Steve Jobs vous laisse écouter un album entier sans l'acheter ?
Les Majors ne pensent qu'à leur profit ? Leurs actionnaires oui. Leurs employés, il faudrait aller voir. Mais il est de notoriété publique que Steve Jobs est un humaniste philanthrope... (ironie)
Non, décidément, rien de nouveau.
Par contre, le rapport à "l'objet" album, au sens large du terme, a changé, puisqu'il n'y a plus d'objet. Si on "picorait" déjà, on avait des albums conçus en tant qu'unité, et auxquels on donnaient une "valeur" et un "sens", artistique, personnel, etc. J'illustrerai avec les "vieilles légendes": le "Velvet Underground & Nico" et sa pochette signée Warhol (responsable de celle du tout aussi génial "Sticky Fingers" des Stones pour ne citer qu'un seul de leurs albums) ; "Sgt Pepper's..." et probablement tous les autres Beatles depuis Help et jusqu'à "Abbey Road", "Nevermind" encore une fois, et il y en a comme ça des dizaines de 1965 jusqu'à... Jusqu'à quand ? Il y en a probablement encore, mais sont-ils vraiment visibles ? Prend-on encore la peine de les chercher, de les écouter, de les découvrir ? Je n'en sais rien.
Après, est-ce bien ou mal ? A chacun de conclure. Je sais juste que je regrette mon disquaire et les discussions qu'on avait sur tel ou tel disque, qui nous emportait souvent vers d'autres galettes encore plus excitantes... "T'as aimé ? Alors attends, écoute celui-là, ça envoie du bois et c'est pas du bois de cagette !"
[message édité par Joey X le 04/06/2011 à 14:11 ]
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Mars 2011
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10