Apple sera-t-il contraint d'adopter le lecteur Flash sur ses appareils mobiles ? Selon un analyste, la pression exercée par ses concurrents, notamment au regard de la montée en puissance d'Android, pourrait forcer la firme de Cupertino à revoir sa relation conflictuelle avec Adobe.

Apple va-t-il reculer face à la pression de la concurrence, et finalement intégrer la technologie Flash à ses iPhone, iPod Touch et autres iPad ? Jusqu’à présent, la firme de Cupertino a toujours su résister aux appels du pied d’Adobe, la société à l’origine du lecteur Flash. Dans une lettre ouverte publiée en avril, Steve Jobs avait même présenté une série d’arguments justifiant le refus d’Apple de voir cette technologie arriver sur ses appareils.

Or, la montée en puissance d’Android pourrait bien forcer Apple à revoir sa positions vis-à-vis du Flash. C’est du moins ce qu’estime un analyste de la société Ovum. Celui-ci pense que la grande popularité du système d’exploitation soutenu par l’Open Handset Alliance, un consortium dont Google est membre, sera certainement le facteur essentiel qui déterminera l’avenir des relations entre Apple et Adobe.

« Les utilisateurs vont être habitués à avoir une expérience de navigation sur le net similaire, tant au niveau des terminaux mobiles que fixes ; cela finira par affecter l’attractivité de l’offre d’Apple. Flash semble bien gagner du terrain à travers les vendeurs de mobiles, et Apple devra peut-être réévaluer sa position si sa domination finit par être menacée » a-t-il expliqué à TechEye.

À l’heure actuelle, le principal concurrent de l’iOS est sans aucun doute Android. En un an, les parts de marché du système d’exploitation sont passées de 3,5 % à 25,5 %, selon les chiffres fournis par l’institut Gartner. Et pour la première fois, les ventes mondiales d’Android ont doublé celles de l’iPhone. Et Android n’inflige aucun blocus particulier aux technologies d’Adobe.

Plus généralement, les autres systèmes d’exploitation mobiles supportent la technologie Flash. L’Adobe Flash Player, disponible en version 10.1 peut être déployé sur les principaux concurrents d’Apple dans le secteur de la téléphonie mobile. Citons ainsi BlackBerry OS, Symbian, WebOS ou encore Windows Phone. S’ils ne sont pas tous une menace pour Apple, tous cherchent visiblement à se démarquer de la politique de Cupertino et unifier autant que possible l’expérience utilisateur en matière de navigation web.

Pour l’heure, Apple campe sur ses positions. Le succès de ses terminaux l’incite à penser que ses clients peuvent tout à fait se passer de Flash pour naviguer sur Internet. Fervent défenseur de l’HTML 5, l’entreprise considère que le lecteur Flash « a été créé à l’ère du PC, pour des PC avec des souris. Mais à l’ère du mobile, c’est une faible consommation en énergie, des interfaces tactiles et des standards web ouverts. Tous des domaines où Flash échoue« .

Le lecteur Flash est effectivement loin d’avoir toutes les qualités. Mais comment expliquer alors le grand succès de certaines applications qui permettent de supporter le Flash sur les appareils mobiles d’Apple ? L’intérêt autour de Frash ou du navigateur Skyfire vient nettement nuancer la vision très manichéenne d’Apple dans ce domaine.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés