Sony a publié aujourd'hui le premier inédit de l'album posthume de Michael Jackson, qui sortira fort opportunément au moment des fêtes de Noël, le 14 décembre. Mais la maison de disques est accusée d'avoir produit un faux et de tromper les fans.

Voilà qui pourrait ne pas redorer le blason des maisons de disques, au moment où certains producteurs comme Pascal Nègre s’y essayent. Sony a publié aujourd’hui Breaking News, le premier titre de l’album posthume de Michael Jackson, mais il pourrait s’agir d’un faux destiné à surfer commercialement sur la mort de la pop star, à l’heure où les maisons de disques peinent à faire naître de nouvelles idoles.

C’est en tout cas l’avis de TJ Jackson, le neveu de Michael Jackson, qui se dit sur Twitter « dégoûté, déçu et attristé » par la publication du single, dont il assure qu’il s’agit d’un mix entre des samples de la star, et un sosie vocal. Selon lui il s’agirait de Jason Malachi, reconnaissable à l’absence du vibrato de Michael. « Ca n’est pas mon oncle« , affirme TJ en se disant désolé pour les fans. « Nous savons combien il appréciait son héritage et ses fans. La tricherie est inacceptable« , conclut-il.

Le site TMZ, qui avait révélé la mort de star, estime qu’il fait « peu de doute » qu’il s’agit bien de la voix de Michael Jackson, qui aurait enregistré le titre dans un home studio en 2007. « Il y a des débats dans la famille de Michael Jackson, mais nombre d’experts disent que c’est bien Michael Jackson, à 100 %« , écrit le site. Cepedant outre TJ Jackson, La Toya Jackson estime elle aussi que ça n’est pas la voix de la star. Tout comme sa propre mère, et ses enfants Prince et Paris…

La sincérité de la famille semble d’autant moins à mettre en doute qu’elle n’a a priori rien à gagner financièrement à dénoncer le mensonge, bien au contraire. Si ça n’est pas Michael Jackson qui chante, ses ayants droit ne peuvent pas réclamer les royalties dus au chanteur.

Nous avons plusieurs fois dénoncé l’exploitation de la mort par les maisons de disques, et notamment lors de la mort de Michael Jackson. « Michael Jackson, qui songeait à s’autoproduire sur Internet, ne donnait aucun espoir de forte rentabilité à Sony pour les prochaines années« , écrivons-nous. « Mais aujourd’hui, alors que la crise du disque bat son plein, les anciens albums de l’artiste s’arrachent comme jamais (…). L’effet, probablement, va durer à grands coups de best-of et de sorties inédites« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés