Les récents engagements de Google en matière de vie privée ont convaincu la FTC. Celle-ci a mis fin à l'enquête ouverte concernant la collecte des données WiFi à travers le service Street View. Cependant, la Commission fédérale du commerce a pointé du doigt les dysfonctionnements au sein de l'entreprise.

Les difficultés s’aplanissent aux États-Unis pour Google. Suite à la controverse liée à l’enregistrement des données diffusées sur les réseaux WiFi, l’entreprise américaine se retrouvait sous le coup d’une enquête formelle de la Commission fédérale du commerce (FTC) depuis mai dernier. Cinq mois après, l’organisme américain a décidé de mettre fin à la procédure.

Directeur du bureau en charge de la protection des consommateurs, David Vladeck a indiqué dans un courrier adressé à Google que les récents engagements de la firme américaine ont persuadé la FTC de lever l’enquête en cours. « Au regard de ces engagements, nous mettons un terme à notre enquête sur cette affaire pour le moment » a-t-il écrit.

Cependant, David Vladeck a pointé du doigt les lacunes de l’entreprise pour détecter par elle-même ce genre de problème. Il a fallu que les autorités américaines et européennes s’en mêlent pour obliger Google à procéder à une révision interne, en mettant à l’arrêt les Google Car et en supprimant la portion de code responsable de la collecte des données diffusées sur les réseaux.

La semaine dernière, le vice-président à l’ingénierie et à la recherche de l’entreprise a présenté une série de mesures pour éviter qu’un tel incident ne survienne à nouveau. Reconnaissant avoir collecté des adresses e-mail, des mots de passe et des adresses web, il a annoncé la nomination d’une responsable en charge des processus de vérification liés à la protection de la vie privée.

De plus, les employés de la firme recevront une formation dédiée à la confidentialité des données et à leur sécurité. « Nous sommes mortifiés par ce qui s’est passé, mais confiants que les changements dans nos méthodes vont améliorer significativement nos règles en matière de sécurité et de vie privée, au bénéfice de tous nos utilisateurs » avait déclaré le vice-président à l’ingénierie et à la recherche.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés