Selon le directeur exécutif de Google, l'avenir du géant de Mountain View passe par les téléphones mobiles. L'enjeu est d'importance, puisque les téléphones bon marché pourront réduire la fracture numérique entre le Nord et le Sud et permettre à chacun d'accéder à l'information mondiale. D'où un certain activisme de Google dans ce secteur.

Tout le monde ou presque se souvient des propos très durs de Steve Jobs à l’encontre de la nouvelle stratégie de Google sur le marché des téléphones mobiles. Exaspéré de voir son ancien allié marcher sur ses plates-bandes, le patron d’Apple avait prévenu qu’il ne se laisserait pas faire.

« Nous ne sommes pas allés sur le marché de la recherche. Ils sont venus sur le marché de la téléphonie. Soyez assurés qu’ils veulent tuer l’iPhone. Nous n’allons pas les laisser faire » avait lancé Steve Jobs, en réaction au développement rapide d’Android et à la première incursion de Google dans la conception des smartphones, via le partenariat avec HTC pour mettre au point le Nexus One.

Malheureusement pour Apple, Google est bien décidé à rester définitivement dans le secteur des smartphones, notamment pour des raisons stratégiques. Et à quelques jours de l’Activate Summit 2010, le directeur exécutif de Mountain View a dévoilé sa vision des choses au Guardian.

Revenant sur le rôle qu’a joué Google dans la démocratisation de l’information, Eric Schmidt a expliqué que « nous sommes en train de passer d’un petit nombre de personnes ayant accès à l’information mondiale à une situation où virtuellement l’ensemble des personnes dans le monde peuvent avoir théoriquement accès à l’information mondiale« .

Selon le patron de Google, trois éléments ont conduit à cet état de fait : la recherche sur le web, la traduction automatique et les téléphones bon marché. « C’est un objectif plutôt étonnant et Google y a contribué » a-t-il rappelé, même si la firme est arrivée assez tard sur le marché des mobiles. Et d’être convaincu que le futur de Google passe par les appareils mobiles.

« Je pense que le meilleure de l’ingénierie est désormais sur les appareils mobiles – causant à la fois les problèmes les plus difficiles et apportant les solutions les plus intelligentes » a affirme Eric Schmidt. « Les 50 000 applications pour Android, développées principalement par des développeurs tiers, couvrent la plupart des sujets, mais l’application clé reste toujours Google« .

Pas question donc, pour Google, d’abandonner ce secteur surtout au moment où les pays en voie de développement se projettent de plus en plus dans l’univers digital et interconnecté. « Un jeune de n’importe qul pays, s’il a un téléphone mobile, peut accéder à la quasi totalité de l’information mondiale et la traduire dans son propre langage« .

Pour Google, cet activisme dans le marché des téléphones mobiles vise également à casser la fracture numérique séparant le Nord du Sud. Et de conclure que cette transition sera aussi importante que l’arrivée de la télévision, en apportant potentiellement l’ensemble des médias et de l’information dans un simple téléphone mobile.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés