Ira ? Ira pas ? Depuis le rachat de Palm par Hewlett-Packard, il est difficile de savoir si l'entreprise américaine escompte se maintenir dans le marché des téléphones portables. En effet, en à peine plus d'un mois, les dirigeants de la société ont défini plusieurs caps qui ne concordent absolument pas entre eux.

Il serait peut-être opportun que Hewlett-Packard revoit sa communication. Car depuis le rachat de Palm il y a quelques semaines, il n’est pas toujours évident de connaitre exactement les intentions de HP avec sa nouvelle acquisition. Souhaite-t-il investir le marché des smartphones et concurrencer de front des géants comme Nokia ou Apple ? Cherche-t-il à exploiter et monétiser les nombreux brevets en possession de Palm ? Ou va-t-il utiliser le système d’exploitation WebOS comme pierre angulaire de sa stratégie nomade (tablettes PC, smartphone…) ?

En effet, le directeur exécutif de HP, Mark Hudd, a surpris tout le monde lors d’une conférence qui se déroulait hier avec des investisseurs de la Bank of America. Alors que beaucoup s’attendait à voir le patron de HP afficher ses ambitions dans le domaine des téléphones mobiles, Mark Hudd a douché les attentes et pris de court les analystes en déclarant que la société n’avait aucune intention « de pénétrer dans le business du smartphone« , estimant qu’une telle idée « n’avait aucun sens« .

Or fin avril, le discours était radicalement différent. Todd Bradley, le vice-président exécutif du groupe, avait expliqué que ce rachat (1,2 milliard de dollars) était le signe évident que HP allait rentrer dans ce milieu : « le marché du smartphone est vaste, rentable et en rapide expansion » avait-il expliqué dans un communiqué de presse. « Les progrès en mobilité offrent certaines opportunités, et HP à l’intention d’être un leader sur ce marché » avait-il écrit dans un communiqué.

Selon Engadget, Hewlett-Packard ne se désintéressait finalement pas de ce secteur. Apparemment, le directeur exécutif n’aurait pas été assez clair dans ses propos, en expliquant que les forces de Palm et WebOS n’allaient pas exclusivement réservées au marché du smartphone. Selon Mark Hudd, le système d’exploitation pourrait même être la carte maitresse pour lancer différents produits interconnectés entre eux. Et évidemment, pas question d’exclure les smartphones.

« Lorsque nous regardons le marché, nous voyons un ensemble de dispositifs interconnectés incluant des tablettes, des imprimantes et bien entendu des smartphones. Nous croyons que WebOS sera l’épine dorsale de nombreux petits appareils de HP, et nous nous attendons à élargir l’influence de WebOS au-delà du seul marché des smartphones, tout en tirant parti de notre solidité financière, de notre ampleur et de notre portée international pour croitre sur ce marché » a déclaré l’entreprise.

Dès lors, à moins d’un énième retournement de veste de Hewlett-Packard, la firme américaine devrait soutenir Palm sur le marché des mobiles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés