« Ne mettez pas votre console à jour« . C’est le message lancé cette semaine par Geohot, le célèbre hacker qui non content d’avoir jailbreaké l’iPhone a aussi le premier cassé la protection de la Playstation 3. C’est suite à cette annonce que Sony a décidé par « souci de sécurité » de laisser un choix très contestable aux utilisateurs : soit mettre à jour leur console à partir de ce jeudi 1er avril pour continuer à jouer en ligne et accéder au Playstation Network, mais renoncer à la possibilité d’installer Linux sur la console ; soit continuer à utiliser la puissance du processeur Cell de la PS3 avec Linux, mais renoncer alors à la possibilité de se connecter au Playstation Network et de jouer aux jeux les plus récents qui exigeront le dernier firmware.

Par cette décision, Sony a démontré que les joueurs qui achètent une Playstation ne sont jamais vraiment propriétaires de leur console, puisque le constructeur peut supprimer à distance certaines fonctionnalités grâce aux mises à jour imposées. Une décision qui juridiquement pourrait sans doute obliger Sony à rembourser les joueurs qui le demanderaient, mais qui a peu de chances d’avoir des conséquences pratiques en l’absence de class action.

Cependant, Geohot est très remonté contre la firme japonaise. « La Playstation 3 est le seul produit que je connaisse qui perd des fonctionnalités pendant son cycle de vie« , écrit le hacker sur son blog en s’adressant directement à Sony. L’émulation des jeux PS2, la lecture SACD, et le support de la fonctionnalité « Autre OS » sont tous juste des interrupteurs que vous pouvez éteindre. Il est incroyable que vous décidiez d’en éteindre un, pas seulement sur les nouvelles boîtes que vous commercialisez, mais aussi sur les dizaines de millions déjà en circulation« .

Dans un nouveau message posté lundi, Geohot demande aux utilisateurs de ne pas mettre à jour leur console, puisqu’il a l’intention de réagir en proposant lui-même un firmware 3.21 modifié (CFW : custom firmware) qui autorisera toujours l’installation de Linux, tout en étant reconnu comme valide par le Playstation Network.

« Je n’ai jamais eu l’intention de toucher au CFW, mais si c’est ce que vous voulez….« , écrit-il. La guerre est déclarée, et c’est pour lui une question de principe. « C’est de savoir si ces sociétés ont le droit de retirer d’un produit que vous avez acheté des fonctionnalités dont ils ont fait la publicité (…) Juridiquement peut-être qu’ils ont le droit de le faire, mais nous devons leur montrer que c’est la mauvaise direction à prendre pour l’avenir du produit et pour l’entreprise« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés