Mise à jour – La Commission européenne a accepté la nouvelle alliance entre Yahoo et Microsoft. Selon le communiqué de presse diffusé par Yahoo, l’instance exécutive de l’Union européenne n’a posé aucune condition à ce rapprochement.

Aux Etats-Unis, le nouveau moteur de recherche de Microsoft – Bing – connait un succès très honorable, puisque sa part de marché est passée de 10,7 à 11,3 % en quelques semaines.

Article du 18 février – Alors que le Département de la Justice des États-Unis avait enquêté sur l’accord Microsoft – Yahoo dans le domaine de la publicité en ligne et de la recherche sur Internet, la Commission européenne de son côté devrait très certainement autoriser le rapprochement entre les deux géants du web. Officiellement, l’organe exécutif a jusqu’au 19 février prochain pour transmettre son avis. Cependant, Reuters a rapporté que l’affaire est d’ores et déjà entendue.

Selon une source proche du dossier, la Commission européenne devrait donner « un feu vert sans condition vendredi prochain« . Ce nouveau partenariat prend sa source dans une volonté commune de contrer l’hégémonie de Google dans la recherche sur Internet et la publicité en ligne. Ainsi, dès l’été dernier, Microsoft et Yahoo ont officiellement entamé des négociations pour initié un nouveau partenariat.

En août dernier, la directrice de Yahoo, Carol Bartz, avait même enfoncé le clou en déclarant que son entreprise « n’a jamais été spécialisée dans la recherche sur Internet« . Une façon comme une autre de justifier cet accord : Yahoo se concentrerait sur ses activités de portail, tandis que Bing – le moteur de recherche de Microsoft – se chargerait de fournir des résultats aux internautes.

Si la part de marché de Bing à l’international est négligeable (à peine plus de 3,5 %), aux États-Unis le moteur de recherche de Microsoft est en bien meilleure forme puisqu’il dispose de plus de 10 % de parts de marché. Cependant, Bing est encore bien loin de Google.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés