Ils représentent près de trois milliards de clients dans le monde. Ce sont des constructeurs renommés et des opérateurs téléphoniques réputés. Et à l’occasion du salon du mobile à Barcelone, ils ont affiché un seul objectif : remettre en cause la suprématie d’Apple dans le secteur des magasins numériques.

Mais cette coalition des bonnes volontés suffira-t-elle à faire vaciller l’App Store, plate-forme comptant plus de 133 000 applications et dont le compteur affiche plus de trois milliards de téléchargement ?

Hétéroclite, cette alliance de circonstance ? Sans doute. Du côté des constructeurs nous avons Sony Ericsson, Samsung et LG Electronics. En ce qui concerne les opérateurs, nous retrouvons notamment un américain (AT&T), des européens (Orange, Vodafone, Telefonica), des asiatiques (NTT DoCoMo, China Mobile) ainsi que des opérateurs moyen-orientaux (Orascom, MTN Group, Bharti Airtel).

Et pour attirer développeurs et consommateurs, la coalition devrait proposer un service aux antipodes de l’App Store : une plate-forme de téléchargement ouverte. Si le projet – ambitieux – marche, cela pourrait potentiellement mettre fin à l’éparpillement des différentes boutiques en ligne. Mais encore faut-il que le projet soit viable.

Et déjà les questions se multiplient : comment se déroulera la coopération entre les différents acteurs ? Quels mobiles pourront accéder aux applications ? Comment sera financée la plate-forme ? Qui contrôlera les contenus proposés, pour éviter la propagation de logiciels malveillants ? Et qui de la réaction d’Apple ? On n’imagine mal la firme de Cupertino rester les bras croisés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés