En attendant la mise en place du rapport Zelnik, dont l'une des propositions est suivie de très près par les services de musique en ligne, Deezer continue de renforcer sa présence sur le web. Aujourd'hui, la société a annoncé avoir conclu un partenariat avec Yahoo! Music.

Malgré d’importantes critiques sur le modèle de financement de Deezer, considéré comme très fragile, le service illimité d’écoute de musique en ligne continue de renforcer sa présence sur le web. En effet, Yahoo ! France et Blogmusik, la société-mère, viennent d’annoncer aujourd’hui la signature d’un partenariat qui va permettre aux internautes d’accéder librement aux 25 webradios de Deezer.

« Tous les univers musicaux seront représentés » promet le communiqué de presse. « Du plus classique : Rock, Variété française, Hits… au plus pointu : Jazz Vocal, Reprises, Films TV… en passant par l’électro : Trip Hop, Dancefloor…« . Une bonne occasion pour le « premier site européen d’écoute de musique en ligne » de profiter de l’audience d’un des plus grands portails web, à l’heure où la concurrence est plus rude avec le succès fulgurant de Spotify.

Du côté des fonctionnalités, Yahoo ! Music Radio by Deezer promet de l’interaction, « grâce à son interface ludique » permettant de « partager le titre écouté via les principaux réseaux sociaux tout en visualisant la pochette du titre écouté« . « Pour les adeptes de sensations musicales fortes, il sera possible de découvrir de nombreux artistes grâce au génie de la Smartradio, radio intelligente s’adaptant aux goûts musicaux en suggérant des artistes proches de l’univers musical sélectionné initialement » poursuit le communiqué.

Par ailleurs, rappelons que les relations entre les webradios et les maisons de disques vont probablement évoluer au cours des prochains mois, puisque l’une des propositions phares du rapport Zelnik remis la semaine dernière est la mise en place d’une licence collective. Promise d’ici à la fin de l’année, elle devrait faciliter l’accès aux catalogues pour l’ensemble des services de musique en ligne, dont Deezer fait parti.

Avec ce précieux sésame, Deezer pourrait échapper aux négociations parfois lourdes avec l’industrie du disque, en diffusant librement les contenus musicaux contre le paiement d’une rémunération « équitable ». Notons que Nicolas Sarkozy a repris cette idée dans ses voeux aux milieux culturels, ce qui renforce les chances de cette licence de voir le jour. Et si jamais les maisons de disques trainent des pieds, le rapport Zelnik propose ni plus ni moins de régler cette question par voie législative.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés