En déclarant en substance que les internautes qui n'ont rien à se reprocher n'ont pas à craindre les intrusions dans leur vie privée, le patron de Google Eric Schmidt a provoqué la colère de nombreux internautes, et la rebellion de l'éditeur de Firefox, Mozilla.

Mise à jour : Tristan Nitot a tenu à préciser ce mardi sur son blog que « mon collègue Asa Dotzler et moi avons exprimé nos avis personnels sur nos blogs personnels. Cela, évidemment, ne reflète absolument pas la position officielle de Mozilla« . En ce qui la concerne, la Fondation Mozilla n’a donc pas conseillé de migrer vers Bing, contrairement à ce que laissait supposer notre article.

Article du 11 décembre 2009 – Le torchon brûle entre Mozilla et Google. La fondation qui édite le navigateur open-source Firefox a beau avoir un partenariat commercial avec la firme de Mountain View, les récentes déclarations d’Eric Schmidt ont du mal à passer et à résister aux critiques ouvertes. « S’il y a quelque chose que vous faites et que personne ne doit savoir, peut-être qu’il faudrait commencer par ne pas le faire« , a déclaré le patron de Google dans une interview à CNBC qui a fait beaucoup de bruit. « Si vous avez besoin qu’on respecte à ce point votre vie privée, le fait est que les moteurs de recherche – y compris Google – enregistrent et conservent des informations pendant un certain temps. Il faut bien réaliser que nous, aux USA, sommes soumis au Patriot Act et donc qu’il est possible que toutes ces informations soient mises à la disposition des autorités à leur demande« . En clair, la direction de Google adopte le discours préféré de ceux qui violent la vie privée des citoyens officiellement pour leur bien : si vous n’avez rien à vous reprochez dans votre vie, vous n’avez pas à nous reprocher qu’on l’observe.

Tristan Nitot, le responsable de Mozilla Europe, a dégaîné sur son blog, estimant qu’Eric Schmidt avait commis « un superbe dérapage« . Il cite un billet de Bruce Schneier, expert en sécurité, qui écrivait en 2006 qu’en étant observés en permanence, « nous devenons des enfants, emprisonnés par les yeux qui nous surveillent, craignant en permanence que – maintenant ou plus tard – les traces que nous laissons nous rattraperont, par la faute d’une autorité quelle qu’elle soit qui porte maintenant son attention sur des actes qui étaient à l’époque innocents et privés. Nous perdons notre individualité, parce que tout ce que nous faisons est observable et enregistrable (…) La liberté, c’est la sécurité sans l’intrusion, la sécurité avec en plus la vie privée. La surveillance omniprésente par la police est la définition même d’un état policier. Et c’est pour cela qu’il faut soutenir le respect de la vie privée même quand on n’a rien à cacher. »

De son côté, le coordinateur de la communauté de Mozilla Asa Dotzler a réagi sèchement, pointant vers un module permettant de changer facilement le moteur par défaut de Google pour le passer vers Bing, le moteur de recherche de Microsoft.

C’est pourtant le choix de Google comme moteur de recherche par défaut qui apporte pour le moment à Firefox les subsides qui lui permettent de préparer son avenir, après son cinquième anniversaire.

« Oui, Bing respecte mieux votre vie privée que Google« , tranche Dotzler.

Cinq ans après avoir combattu le monopole d’Internet Explorer en trouvant notamment parmi ses alliés Google, Mozilla semble aujourd’hui craindre davantage l’hégémonie de la firme de Mountain View. Evidemment, on ne peut pas ne pas y voir aussi une crainte de la percée de Chrome, le navigateur de Google.

Et vous, faites-vous davantage confiance à Microsoft ou à Google pour respecter votre vie privée ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés