Quelques jours après la suppression de l'ensemble des liens illicites sur la plate-forme Mininova, tout le monde s'est demandé si cette mesure aura un impact significatif sur le trafic peer-to-peer en général et BitTorrent en particulier. Une semaine après, les graphiques montrent bien une érosion du trafic... mais pas celui qu'on croit.

Dire qu’il y a encore quelques semaines, Mininova célébrait son dix milliardième fichier torrent téléchargé depuis le site. En annonçant la suppression totale de tous les liens torrent menant à des fichiers protégés par le droit d’auteur, le staff de Mininova avait provoqué un véritable séisme dans la communauté BitTorrent. Les récents ennuis judiciaires avec le BREIN, une organisation néerlandaise spécialisée dans la lutte anti-piratage, ont donc mis fin à plus de cinq ans d’aventure avec l’un des principaux sites BitTorrent du web.

Pour comprendre ce spectaculaire retournement de situation, il faut remonter quelques mois en arrière. Cet été, Mininova affrontait les ayants droit devant la justice des Pays-Bas. Ces derniers, conscients du rôle que joue Mininova sur la scène BitTorrent, ont évidemment exigé que le site mette en place un filtre efficace pour bloquer l’ensemble des liens illicites qui seraient envoyés par les internautes.

Suite au jugement en faveur du BREIN, le staff n’avait que deux solutions : respecter l’ordre du juge de retirer tous les liens enfreignant le droit d’auteur, soit payer 1 000 euros de dommages et intérêts par fichier illicite. Or, dans la mesure où Mininova disposait il y a encore quelques jours de la plus vaste offre de liens BitTorrent, on imagine bien que jamais les responsables du site n’auraient eu les finances nécessaires pour encaisser une pareille décision.

Ne pouvant dès lors ni mettre en place un filtre efficace, ni retirer un à un chaque lien illicite, l’équipe de Mininova n’avait pas vraiment d’autre choix que d’effacer l’ensemble des liens mis en ligne par les utilisateurs. Désormais, le site ne recense plus que quelques dizaines de milliers de fichiers torrent qui sont diffusés à travers la plate-forme de contenu du site, où chaque participant a été préalablement approuvé.

Sans surprise, ce revirement à 180° a également un énorme impact sur l’audience du site. En choisissant de se conformer à la décision de justice, les responsables savaient sans doute que le trafic allait très probablement chuter. Et ils ont eu raison. En quelques jours, le trafic web s’est littéralement effondré (plus de 66 % de baisse), passant d’un trafic quotidien mesuré à 5 millions d’internautes à 1,8 millions il y a deux jours.

Torrentfreak, qui analyse cette baisse, estime qu’à ce rythme, Mininova risque fort de passer sous la barre du million de visiteurs par jour, l’excluant sans doute pour toujours du top 10 des sites torrents les plus fréquentés sur la toile. Mais si les internautes ont déserté la plate-forme, qu’en est-il du trafic P2P en général, et BitTorrent en particulier ? Car si le BREIN, le groupe anti-piratage danois à l’origine de cette décision, doit vraisemblablement exulter, encore faut-il que cela se traduise concrètement.

Sans surprise, la chute de Mininova n’a eu pour l’heure aucun impact significatif sur le trafic global du peer-to-peer. Interrogé par ZD Net Australie, un ingénieur réseau d’un important fournisseur d’accès à Internet a confirmé que le changement de cap de Mininova n’a pas d’effet sur le volume général : « je n’ai relevé aucune réduction dans le trafic torrent lorsque The Pirate Bay est tombé. Il est difficile de penser comment le retrait de Mininova va avoir un impact significatif » a-t-il analysé.

Cela n’est pas sans rappeler la fermeture de Suprnova, qui n’avait eu aucun effet réel sur les échanges de fichiers entre internautes…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés