Poursuivi cet été par plusieurs studios américains, l'hébergeur suédois Portlane a finalement remporté son procès devant le tribunal de Stockholm. Les ayants droit lui reprochaient d'avoir mis en ligne le successeur du tracker de The Pirate Bay, OpenBitTorrent.

C’est une petite victoire pour les aficionados du peer-to-peer. Le mois dernier, l’hébergeur suédois Portlane était sous le coup d’une plainte émanant de divers studios de cinéma hollywoodien. Les ayants droit reprochaient à la société d’avoir mis en ligne le successeur du tracker de The Pirate Bay, dont les responsables avaient été condamnés par la justice en avril dernier. Cependant, le tribunal de Stockholm a décidé de ne pas suivre l’argumentaire des demandeurs. Le tracker ne sera donc pas fermé, du moins pour l’instant.

Lancé cet été, OpenBitTorrent avait été effectivement vu comme le prolongement de The Pirate Bay. Cependant, contrairement aux trackers plus traditionnels, OpenBitTorrent était non seulement public, mais également ouvert et décentralisé. En clair, OpenBitTorrent essaie de répondre aux exigences de la DMCA, en ne comportant aucun fichier .torrent ni contenu protégé par le droit d’auteur.

« OpenBitTorrent est un tracker BitTorrent libre pour quiconque souhaite l’utiliser. Vous n’avez pas besoin de vous enregistrer, de mettre en ligne ou d’indexer un torrent où que ce soit, tout ce que vous avez à faire c’est d’ajouter l’URL de OpenBitTorrent dans votre torrent » nous explique ainsi la page d’accueil du site web. Mais cela n’a évidemment pas arrêté les studios de cinéma. Et au lieu de cibler les opérateurs du projet, les ayants droit ont porté plainte contre Portlane.

« OpenBitTorrent est utilisé pour le partage de fichiers, et nous suspectons qu’il s’agit là du tracker de The Pirate Bay sous un nouveau nom. En effet, OpenBitTorrent est ajouté par défaut à tous les fichiers proposés sur The Pirate Bay » avait déclaré à l’époque Monique Wadsted, l’avocate des studios de cinéma. Pour soutenir son propos, elle avait même relevé que le nom de domaine avait été initialement enregistré par Fredrik Neij, l’un des fondateurs du site.

Mais aujourd’hui, pour Monique Wadsted, c’est la consternation. Elle ne comprend pas pourquoi le tribunal n’a pas pris en compte ses suspicions d’un hypothétique lien entre OpenBitTorrent et The Pirate Bay. « Le tribunal n’a pas abordé la question du lien entre le tracker et The Pirate Bay, pas plus que la question de tous les fichiers .torrent sur The Pirate Bay qui intègre le tracker d’OpenBitTorrent comme le tracker par défaut » a-t-elle noté, dans un communiqué. « Le jour où nous avions vérifié, il y avait près de 550 000 œuvres culturelles que les internautes pouvaient obtenir par téléchargement« .

En revanche, du côté de l’hébergeur, on savoure la victoire : « nous sommes satisfaits de la décision du tribunal. C’était bien entendu la seule décision valable. Nous, en tant qu’hébergeur ou FAI, ne pouvons pas nous attribuer le rôle de la police sur Internet » a indiqué un porte-parole de Portlane. Selon Torrentfreak, qui a relayé cette information, la décision du tribunal est temporaire. La question devrait être réglée prochainement, manifestement avant l’été prochain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés