C’est un fiasco. En 2006, Nokia avait racheté la société Loudeye pour se lancer sur le marché de la musique en ligne. L’idée du constructeur finlandais était de joindre un service de consommation de musique à ses téléphones portables, en signant des accords avec les principales maisons de disques. Au bout d’un an, l’accès à la musique deviendrait payant. Très vite, on a compris que l’offre de Nokia serait un échec.

Pourrie par des DRM qui obligent à changer de mobiles pour continuer à profiter gratuitement de l’accès au catalogue, l’offre Comes With Music fait en plus de la copie privée un service taxé. Et selon la rumeur, Nokia paye à chaque major environ 100 $ par téléphone mobile vendu pour leur donner l’accès aux catalogues pendant un an. Un véritable gouffre financier, qui explique peut-être la promotion timide du service par Nokia, et son bide.

Selon des chiffres communiqués par le blog spécialisé MusicAlly, l’offre présente dans neuf pays n’aurait séduit que 107.000 consommateurs actifs, d’après les chiffres à jour au mois de juillet dernier. La Grande-Bretagne, où le service a été lancé dès octobre 2008, compte seulement 32.000 utilisateurs, tandis qu’en Italie seuls 691 clients ont utilisé le service Comes With Music depuis son lancement en avril 2009.

Nokia continue cependant de voir dans Comes With Music un succès et un service innovant, et a annoncé son intention de sortir l’offre dans d’autres pays.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés