Pour jauger la qualité d'une information publiée sur Wikipédia, l'encyclopédie va se doter d'un nouveau système établissant des codes couleurs : WikiTrust. En se basant sur différents critères, Wikipédia surlignera dans un orange plus ou moins vif les passages amendés afin d'alerter le lecteur sur la fiabilité de ces modifications.

Si nous ne devions retenir qu’une seule critique à l’égard de Wikipédia, c’est bien la question de la fiabilité du contenu. En effet, la nature de ce projet encyclopédique implique forcément que toutes les pages puissent être modifiables par tous, à tout moment. Or, malgré le dévouement de dizaines de milliers d’internautes à travers le monde qui améliorent les articles et vérifient chaque modification effectuée, le risque de voir certains passages vandalisés ou tout simplement truqués reste important.

Bien entendu, tous les articles n’ont pas la même probabilité de se faire attaquer. Ainsi, un sujet comme l’Homologie et cohomologie a moins de chance de se faire vandaliser par un internaute qu’un article portant sur l’actualité, l’histoire ou sur des personnalités politiques. Depuis le début, les responsables de l’encyclopédie ont cherché à trouver la parade contre ce fléau. La mesure la plus visible reste le système de verrouillage d’une page qui empêche un internaute non identifié de faire une modification.

Désormais, c’est avec un système dénommé WikiTrust que Wikipédia va protéger l’encyclopédie. En effet, cette technologie permet aux utilisateurs enregistrés de voir les modifications surlignées dans un orange plus ou moins prononcé, en fonction de la fiabilité de l’information. Ainsi, plus le passage tire vers le blanc, plus le passage est considéré comme sûr. Et pour déterminer l’intensité de l’orange, WikiTrust se base sur un algorithme qui prend en compte différents paramètres : réputation d’un auteur en prenant en compte ses contributions passées, durée de vie d’une entrée, ancienneté du contributeur.

Récemment, c’est la Wikipédia allemande qui avait lancé une nouvelle piste pour préserver l’intégrité de l’encyclopédie : modifier la politique éditoriale de sorte que les contributeurs les plus anciens contrôlent les changements sur certains articles. À terme, cette idée devrait être étendue à toutes les Wikipédias, en particulier la version anglaise puisqu’elle comporte plus de trois millions d’articles à ce jour.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés