Interrogé sur les rumeurs de nomination de Frédéric Lefebvre comme secrétaire d'Etat à la Communication, rattaché au ministère de la Culture, Frédéric Mitterrand a déclaré mercredi sur RTL qu'il n'avait "pas besoin" d'un tel secrétaire, et qu'il était certain que le cas échéant, Nicolas Sarkoy choisirait quelqu'un avec qui il s'entendrait bien. Ambiance.

Nous avions dit ne pas y croire, mais une rumeur persistante donne toujours Frédéric Lefebvre futur secrétaire d’Etat rattaché au ministère de la culture et de la communication. MAis alors qu’au départ il devait être secrétaire d’Etat à la Culture, ce qui faisait véritablement double emploi avec le ministre Frédéric Mitterrand, les rumeurs disent maintenant qu’il pourrait être secrétaire d’Etat à la Communication. Sa nomination au gouvernement étant toutefois moins motivée par ses compétences que pour lui éviter le chomage technique.

Cependant, Frédéric Mitterrand ne veut pas se laisser imposer un homme qui cultive la division et qui serait l’envoyé spécial de Nicolas Sarkozy, chargé de faire passer son plan de contrôle des médias et de l’internet. Sur RTL, le ministre de la Culture a fait savoir mercredi qu’il n’avait « pas besoin » d’un secrétaire d’Etat à la Communication, ou en tout cas pas de Frédéric Lefebvre.

« Je pense que je n’ai pas besoin d’un secrétaire d’Etat à la Communication« , a ainsi indiqué Frédéric Mitterrand. « Cela dit, si le président souhaite que j’ai quelqu’un pour m’épauler dans le travail considérable que cela représente, je sais qu’il choisira quelqu’un avec qui je m’entendrai« , a-t-il taclé, sous-entendant que Lefebvre ne répondait pas vraiment à ce critère.

Défenseur de l’idée d’un contrôle du net par le CSA et d’une taxation du web 2.0, Frédéric Lefebvre avait lui-même organisé des Assises de la Création avant le débat sur la loi Hadopi pour défendre la riposte graduée. Il avait aussi demandé l’ouverture d’une commission d’enquête contre le streaming après la sortie de Luc Besson contre le site Beemotion. S’il devenait secrétaire d’Etat à la Communication, sa politique n’irait pas vraiment pour la défense de la neutralité du net et des libertés des internautes…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés