Très lourdement condamnée le mois dernier à payer 1,92 million de dollars pour avoir partagé 24 chansons sur Kazaa, Jammie Thomas a décidé de faire appel. Il y aura donc un troisième procès, puisque le premier qui l’avait condamné en octobre 2007 à 220.000 dollars avait été annulé, donnant lieu à un nouveau procès de première instance. Cette fois, c’est la cour d’appel qui étudiera le cas de cette mère de famille, qui s’était enferrée dans le mensonge contre la RIAA.

Le lobby des maisons de disques américaines a de nouveau proposé à la P2Pistes de négocier un accord amiable plutôt que les 1,92 million de dollars, mais Thomas – qui continue de nier sa responsabilité – a refusé. Le montant de la proposition n’a pas été communiqué, mais il était de 25.000 suite au premier procès.

« Elle veut faire remonter l’affaire en appel sur la constitutionnalité des dommages et intérêts« , explique son avocat Joe Sibley. « C’est un des principaux arguments, que les dédommagements ne sont pas proportionnés à un quelconque dommage réel« .

La RIAA a pris note de la décision de Jammie Thomas de faire appel, et en profite pour réfuter tout acharnement judiciaire. « C’est elle qui est responsable de prolonger sans qu’il soit besoin cette affaire, en refusant d’accepter la moindre responsabilité pour l’activité illégale dont deux jurys ont dit de manière ferme qu’elle en était responsable« , commente ainsi Jonathan Lamy, porte-parole de la RIAA. « Depuis le premier jour nous avons été justes et raisonnables dans l’exercice de nos droits et dans nos tentatives de résoudre cette affaire« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés