L’ironie du sort est terrible pour le neveu de François Mitterrand. Il y a à peine plus d’un an, Frédéric Mitterrand avait atterri à la direction de la Villa Médicis à Rome, en lieu et place de Georges-Marc Benamou à qui la place paraissait promise. Celui qui était alors conseiller de Nicolas Sarkozy avait fait savoir trop tôt dans le tout Paris sa prochaine nomination, avant qu’elle soit officielle. Il déclencha alors une cabale et Sarkozy décida de l’écarter du poste, et lui préfèra Mitterrand.

Aujourd’hui, Mitterrand fait étrangement la même erreur. Interrogé par France 2, celui qui a déjà offert son pot de départ à la Villa Médicis a confirmé sa nomination au ministère de la culture au poste de Christine Albanel, décrivant « une tache exaltante et un honneur« . Réponse cinglante de l’UMP, commandée de l’Elysée : on ne s’auto-proclame pas ministre.

Il faut toujours apprendre de ses adversaires.


Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés