Invité ce matin sur Europe 1 pour présenter son projet de grand studio de cinéma qui verra le jour en 2012 en banlieue parisienne, Luc Besson est revenu sur la loi Hadopi. Il respecte la décision du Conseil constitutionnel, mais estime que l'Hadopi était préférable pour les internautes à l'intervention du juge.

Le réalisateur-producteur Luc Besson était parmi les lobbyistes les plus engagés derrière le projet de riposte graduée. Il ne pouvait pourtant pas en ignorer les motifs d’inconstitutionnalité exposés par les députés de l’opposition pendant les débats, puisqu’il les a très souvent suivi jusque tard dans la nuit depuis les tribunes de l’Assemblée Nationale. Christine Albanel avait même plusieurs fois salué sa présence et son soutien.

Beau perdant, il a reconnu ce matin sur Europe 1 que « le Conseil constitutionnel fait son travail, donc s’il estime que c’est pas légal, c’est pas légal« . « Ils font très bien leur boulot« , a-t-il même ajouté.

Mais, a-t-il aussitôt regretté, « je pense qu’on ne peut pas opposer la liberté des internautes à la liberté des auteurs. Il y a des droits d’auteurs, on ne peut pas y opposer des droits des internautes« .

« Les droits d’auteur sont bafoués depuis des années, le gouvernement et les autorités doivent régler ce problème. On est pillé, on est volé, ou est bafoué, il faut simplement régler ce problème« , a intimé le producteur.

Il a, ensuite, assuré les auditeurs de la radio que le projet de loi Hadopi était mieux intentionné que le résultat provoqué par le Conseil constitutionnel. « Les gens ne se rendent pas compte que ce que propose le Conseil est pire« , a ainsi insisté Luc Besson. « Là maintenant il y a un juge qui va venir, et qui va mettre des amendes, parce qu’un juge ça coûte de l’argent à l’Etat, et obligatoirement il y aura des amendes et ça va coûter très cher aux internautes. La solution avant était bien meilleure, pour eux« .

L’enfer est pavé de bonnes intentions, paraît-il. Mais ce que n’a pas précisé Luc Besson aux auditeurs d’Europe 1, c’est que le Conseil constitutionnel n’a pas simplement exigé la présence d’un juge pour sanctionner les internautes. Il a surtout exigé que la présomption d’innocence soit respectée. Un détail qu’oublie aussi Christine Albanel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés