Au début du mois, nous nous moquions du Groupement des éditeurs en ligne (GESTE), qui demandait à Google de reverser aux éditeurs de presse une partie des revenus publicitaires générés par Google News. Les éditeurs estimaient que Google devait les payer parce que le service n’a selon eux aucune utilité sans les titres d’articles qu’ils lui fournissent. C’était à la fois insultant pour les journalistes qui ne se contentent pas d’écrire un titre pour fidéliser leurs lecteurs, et stupide d’un point de vue économique. Si Google gagne de l’argent avec un service à valeur ajoutée, sans pour autant retirer de la valeur aux articles affichés par les éditeurs, la formule est gagnant-gagnant et le gateau ne fait que grossir pour chacun des acteurs.

Mais mardi matin, Google a annoncé qu’il commencerait à diffuser des publicités sur le portail Google News… uniquement « sur les pages qui hébergent les contenus des agences de presse partenaires de Google News« . Google News diffuse en intégralité sur son portail les dépêches fournies par les agences AFP, AP, UK Press Association ou Canada Press, et c’est uniquement sur ces pages auto-suffisantes qu’il affichera ses publicités.

Pour ne pas fâcher les éditeurs en ne mettant pas de publicité à côté des titres d’articles sur lesquels les utilisateurs de Google News peuvent cliquer pour aller voir le site de l’éditeur, Google aura donc désormais tout intérêt à diriger ses utilisateurs vers ses propres pages d’articles, qui affichent ses publicités, plutôt que vers les sites des éditeurs qui ne font pas nécessairement clients de Google Adsense. Gagnant pour Google, perdant pour les autres.

Un calcul de génie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés