Cité par le ministère de la Culture comme soutien à la loi Hadopi, et affiché dans une vidéo du site de propagande Jaimelesartistes.fr, DJ Cut Killer dénonce les méthodes du ministère et affirme en substance avoir été manipulé. Il refuse d'accorder son soutien à la riposte graduée et demande au ministère de retirer ses vidéos.

Dans notre article sur le spam qu’envisage d’organiser Christine Albanel à destination des parlementaires, nous avions repris d’après une dépêche AFP la liste des artistes sur lesquels comptait s’appuyer le ministère de la Culture pour diffuser ses messages de propagande. Nous y avions ajoutés, entre parenthèse, le nom de leur maison de disques : Parmi les musiciens figuraient ainsi Elie Semoun (Sony BMG), les chanteurs Thomas Dutronc (Universal Music) et Calogero (Universal Music), les musiciens électro Martin Solveig (Universal Music), et DJ Cut Killer et le contre-ténor Philippe Jaroussky (EMI).

Tous, à l’exception de DJ Cut Killer, reçoivent des chèques des majors du disque et sont donc incités à relayer leur message pro-Hadopi. Nous avions alors cherché le lien entre DJ Cut Killer et les lobbys culturels, sans trouver de lien évident. Et pour cause.

Voici la réaction que nous envoie aujourd’hui son attachée de presse (les mises en gras sont faites par nous) :

« Depuis quelques jours la vidéo dans laquelle Cut Killer donne son point de vue sur le téléchargement illégal, ainsi qu’un début de ce qui pourrait être sa solution pour lutter contre celui-ci, est en ligne sur le site www.jaimelesartistes.fr. Cut Killer explique qu’il faudrait, par exemple, limiter le nombre de prêts via internet. À aucun moment durant ce montage, ni durant l’interview, il était question de s’exprimer à propos du projet de loi HADOPI. On demandait à l’artiste de proposer SA solution. La configuration du site www.jaimelesartistes.fr ne laisse aucune place à la liberté des internautes qui seraient hostiles à ce projet de loi, puisqu’aucun forum n’est présent, donc aucun échange, aucune critique ne sont admis. Ce site, créé pour le Ministère de la Culture, encore une information non dévoilée à l’artiste, présente les interviews d’artistes, comme étant des soutiens à cette loi.

Cut Killer ne souhaite pas prendre part à ce débat, surtout dans un contexte qui pourrait s’associer à de la propagande, c’est pourquoi nous avons demandé le retrait de la vidéo dans les plus brefs délais, et de ne pas l’utiliser pour soutenir les arguments du Ministère de la Culture, ou pour n’importe quelle autre raison. Merci de nous aider à diffuser cette information.« 

Cette nouvelle « bourde », révélatrice de certaines méthodes que nous avions dénoncées, vient s’ajouter à la dissimulation ratée des partenaires privés du ministère, à la demande gouvernementale de signer la pétition d’un lobby privé, à la promotion d’un site pirate d’arnaque, ou encore à l’étrange partenariat noué avec la radio privée Radio FG.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés