Dans un contexte économique difficile qui touche y compris les industries technologiques, Apple semble pour le moment épargné. La firme annonce même un nouveau record de chiffre d'affaires et de bénéfice net, soutenus par d'excellentes ventes des iMac et autres Macbooks .

Les crises économiques sont rarement propices à l’investissement dans des produits de marque et de prestige. Apple, qui entretient une image de « luxe abordable » sur le marché de l’informatique, s’attendait donc à souffrir d’une période qui incite les consommateurs à acheter au plus bas prix, à la concurrence. Mais la firme de Cupertino publie des résultats meilleurs que prévus, et se permet même d’afficher un bénéfice net historique de 1,61 milliard de dollars pour le dernier trimestre 2008 (+ 1,8 % par rapport à l’année précédente). Le chiffre d’affaires, lui aussi, passe pour la première fois la barre des 10 milliards de dollars trimestriels, avec 10,17 milliards de dollars enregistrés. Preuve que cultiver l’image de marque reste une valeur sûre en toutes circonstances.

Apple a été portée par les 2,52 millions d’ordinateurs Macintosh vendus (+ 9 % en un an), et même par les ventes des iPod, qui continuent à séduire des consommateurs pourtant déjà massivement équipés. 22,7 millions d’iPod ont été vendus au dernier trimestre 2008. Les ventes du baladeur MP3 ont en fait progressé de 3 % dans le monde, mais reculé de 3 % aux Etats-Unis où le marché est désormais saturé et très concurrentiel. L’iPhone enregistre quant à lui une forte progression de 88 % avec 4,4 millions d’unités écoulées, aidé par la sortie de l’iPhone 3G dans une vingtaine de pays. Sur toute l’année 2008, Apple a vendu 13,7 millions, un chiffre supérieur de plus de 30 % aux objectifs qu’il s’était fixés.

« Même dans ces temps difficiles, nous sommes extrêmement contents d’annoncer notre meilleur chiffre d’affaires et nos meilleurs bénéfices trimestriels de l’histoire d’Apple« , a commenté dans un communiqué Steve Jobs, pourtant en congé maladie jusqu’à la fin du mois de juin. En réaction, le titre Apple a bondi de près de 10 % à la clotûre de la Bourse, revenant à un niveau connu avant l’annonce du départ de Steve Jobs pour six mois. Tout un symbole.

Porté par ces bons résultats, Apple prévoit un chiffre d’affaires entre 7,6 et 8 milliards de dollars pour ce trimestre, qui ne devrait donc pas être trop touché par la crise économique. Selon Peter Oppenheimer, le directeur financier d’Apple, « la visibilité reste très faible dans le contexte actuel », mais l’économie n’est plus aussi « imprévisible » qu’en octobre, au départ de la crise.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés