Le constructeur finlandais Nokia a annoncé le rachat de la société canadienne Oz Communications, spécialisée dans les services de messagerie instantanée. Une opération stratégique qui pourrait fortement déplaire aux opérateurs mobiles.

En effet, après avoir travaillé main dans la main pendant plus d’une décennie, les opérateurs de télécommunication et les fabricants de téléphones mobiles se disputent de plus en plus des intérêts stratégiques communs. Les deux industries veulent profiter de la manne financière que représentent potentiellement les services à valeur ajoutée comme la vente de musique, de vidéos, ou d’informations de toute nature. Et elles usent de leur poids pour exclure l’autre.

De façon surprenante, Apple est ainsi parvenu à convaincre Orange et d’autres opérateurs dans le monde de se contenter de leur rôle de vendeur de tuyaux et de vendre (et même de subventionner) l’iPhone alors-même que l’appareil n’est pas configuré par défaut pour accéder aux services Orange World proposés par l’opérateur. Apple en profite au contraire pour mettre en avant ses propres services payants à travers iTunes et l’App Store, qui pourraient rapporter au moins autant que les forfaits téléphoniques. Nokia, lui-aussi, tente d’imposer sur ses téléphones des services premium, notamment à travers son portail Ovi qui propose déjà jeux, musique, cartes GPS, et partage de contenus à distance. Autant de services que les opérateurs de télécommunication tentent de proposer sur leurs propres portails mobiles.

Avec l’achat de Oz, le finlandais pourra y ajouter des services de messagerie instantanée qui s’accomoderont parfaitement du Wi-Fi ou des forfaits 3G illimités pour remplacer les SMS.

Le rêve des constructeurs de téléphones mobiles est de pouvoir un jour se passer totalement des opérateurs de téléphonie et les éliminer ainsi de la concurrence sur les services. Google s’y prépare aux Etats-Unis en déployant un réseau WiMax gratuit, et Nokia avance progressivement ses pions. Tout comme Samsung, qui a lui aussi lancé son portail de services intégré d’office sur tous ses téléphones, ou Sony, qui veut créer un environnement homogène entre tous ses équipements (Playstation, téléviseurs Bravia, lecteurs Blu-Ray, téléphones…).

Pour le moment, les opérateurs et les constructeurs ont chacun besoin de l’autre. Mais une période de tension s’amorce, et l’on ne voit pas pour le moment grâce à quel levier les opérateurs mobiles pourraient en sortir vainqueurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés