Mieux vaut agir et tirer le P2P à son avantage que de subir et porter plainte contre son public. C’est en substance le message envoyé par le groupe britannique Marillion à l’industrie du disque. Leur quinzième album, et le troisième consécutif produit sans l’aide des maisons de disques mais grâce aux fans sur Internet, peut être téléchargé gratuitement sur les réseaux P2P plus d’un mois sa sortie officielle.

Pour diffuser en ligne le double album Happiness Is The Road, qui sortira sous forme de coffret Deluxe le 20 octobre, le groupe a fait appel à la société Media Glue. Plutôt que de proposer l’album au format MP3 qui n’offre pas d’interactivité avec les fans, les titres sont encodés dans un format Windows Media non protégé contre la copie, mais qui offre davantage de possibilités. Ainsi à l’ouverture du fichier, un pop-up s’affiche avec une vidéo d’explication du groupe, et des informations sur la disponibilité du coffret Deluxe ou la prochaines tournée. Surtout, le pop-up invite les utilisateurs à entrer leur adresse e-mail pour pouvoir écouter l’album. Le groupe, qui a déjà récolté plus de 70.000 adresses en cinq ans, se sert de son fichier pour informer ses fans des concerts à venir, ou leur proposer des offres promotionnelles sur les produits dérivés.

Interrogé par le magazine Billboard, le pianiste du groupe Mark Kelly explique que « toute le monde sait que le partag de fichiers est répandu« . « Nous essayons juste de tirer le meilleur [de la situation]. Toute l’idée c’est que nous devions faire ça tôt, plutôt que d’attendre jusqu’à ce que l’album soit déjà disponible, parce que nous devons diffuser dans les ordinateurs des gens la version que nous voulons qu’ils aient« .

Le double-album de 149 Mo est ainsi déjà disponible légalement et gratuitement sur les sites de liens BitTorrent The Pirate Bay, Mininova, SumoTorrent, SeedPeer ou encore Monova. Il est également diffusé sur les réseaux eDonkey/eMule et Gnutella.

« Jusqu’à présent, les fans qui aquièrent de la musique sur les réseaux P2P ont été traités comme des voleurs par l’industrie« , regrette le fondateur de Music Glue Mark Meharry. « Music Glue permet aux créateurs de musique d’interagir avec ces fans via le P2P d’une manière positive qui génère véritablement de les revenus« .

Reste à voir jusqu’où les internautes voudront et pourront jouer le jeu, avec un format Windows Media qui ne peut pas être lu sur tous les baladeurs (et notamment pas des iPod) et tous les logiciels de lecture multimédia. Déjà des versions MP3 circulent pour ceux qui cherchent le format le plus universel. Mais celles-ci, en revanche, sont illicites.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés