Voilà de quoi ajouter de l’eau à notre moulin, qui veut que les jours de l’internet illimité soient comptés. L’opérateur japonais NTT, l’un des plus gros fournisseurs d’accès à Internet du pays, a annoncé qu’il allait bientôt commencer à imposer des restrictions de bande passante montante à ses abonnés. Plutôt que de brider spécifiquement le P2P, qui serait responsable d’environ 50 % du trafic général et de plus des trois quarts du trafic montant, le FAI nippon préfère limiter la capacité d’upload des internautes.

Une telle décision semblait impossible au Japon, où l’Internet illimité à très haut débit paraissait être devenu une deuxième religion, et un fait acquis. L’opérateur surprend, et rejoint ainsi les décisions similaires prises aux Etats-Unis par les opérateurs câble Comcast et Time Warner Cable. Ce dernier propose désormais des forfaits à partir de 29,95 dollars pour une limite de 5 Go de données par mois.

Le Japon étant ce qu’il est, les limites imposées par NTT sont sans commune mesure. L’opérateur limitera l’upload de ses abonnés à 30 Go… par jour ! De quoi envoyer tout de même quotidiennement l’équivalent de six ou sept films en haute-définition, ou plus de 300 albums au format MP3. En cas de dépassement, les clients de l’opérateur seront d’abord avertis, et en cas d’abus répété, leur accès pourra être suspendu.

Une sorte de riposte graduée pour le respect de la bande passante… qui vise toutefois les Japonais qui hébergent allègrement des serveurs de partage de fichiers avec leur connexion personnelle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés