Il parait que la FinTech a envie de révolutionner le petit monde des transactions bancaires. Nous avons testé Number26, la banque entièrement gratuite et dirigée par une application pour voir ce qu'elle avait dans le ventre. Promesses tenues ?

Lors du dernier Rendez-vous Tech de Patrick Beja, Cédric Ingrand a évoqué une nouveauté qu’il était en train de tester : Number26, une banque allemande entièrement en ligne, entièrement gratuite et qui se gère par l’intermédiaire d’une application. Sceptique, j’avais alors un peu insisté pour savoir où était le piège.

Payer la carte bancaire ? Non. Un minimum à apporter sur le compte tous les mois ? Non plus. Des frais sur les transactions ? Nope. Et à tout cela s’ajoutent d’autres petits plaisirs, comme les virements instantanés (et gratuits), une absence de frais à l’étranger ou encore, une interface vraiment moderne pour suivre ses dépenses. Cherry on top : l’inscription ne prendrait que 8 minutes et pourrait être faite depuis son canap’, à condition d’avoir une connexion à internet et une webcam. Comment gagnent-ils de l’argent ? En ayant très peu d’employés et en se rémunérant avec les transactions de leur partenaire WireCard Bank. Soit.

Après un bref comparatif avec les concurrents (principalement le français Soon adossé à Axa Banque et l’anglais Revolut), Number26 n’a pas l’air meilleur ni plus mauvais : il n’en fallait pas plus pour me convaincre de tenter un petit saut dans le futur.

Capture d’écran 2016-01-18 à 17.35.47

Bugs et solutions

Ma première rencontre avec Number26 ne s’est pas passée aussi bien que je l’avais imaginé. D’abord, les versions anglaises et françaises du site n’ont affiché qu’une page blanche, que ce soit sur Chrome ou Safari. Qu’importe, j’ai ressorti de mon cerveau les quelques restes d’allemand et j’ai continué avec le site en VO. Les premières étapes sont très simples : vous y entrez les informations que vous avez pris l’habitude d’entrer quand vous vous inscrivez à un banal service web. Nouveau problème à l’envoi du mail : le serveur a décidé de ne pas l’envoyer et me disait que mon adresse était déjà prise.

Petit coup de flippe et détour par le SAV, en anglais, où un opérateur a débloqué la situation en 2 minutes chrono. Il s’agissait d’un cafouillage entre le site et le serveur de mail, qui faisait que mon compte avait été créé mais le mail de confirmation n’avait pas été envoyé. Une fois le mail reçu, on quitte le site pour passer sur le smartphone en téléchargeant l’application disponible sur iOS ou Android. C’est ici que va se passer la suite des opérations et à peu près tout ce qu’on peut faire avec Number26.

Coup de flippe à la confirmation : le site me disait que mon adresse mail était déjà prise.

La première étape est fort simple : on valide son numéro de téléphone grâce à un code dans un SMS pour que le service soit bien sûr que le compte ait été utilisé sur le portable du propriétaire. La deuxième étape est la plus longue. L’application me propose de me mettre en relation avec un conseiller de l’entreprise, un Allemand fort sympathique qui va me demander de confirmer à l’oral qu’il va pouvoir prendre des photographies de moi et de mes documents d’identité. Comme je m’apprête à rendre mon argent encore plus virtuel, je ne suis plus à ça près.

Visioconférence

IMG_7023
Validation en cours

Il commence donc par prendre une photo portrait de moi, me demande de valider quelques informations pour qu’elles correspondent à celles saisies sur le site et passe sur la caméra au dos de mon smartphone. Là, je lui présente mon passeport à la verticale et à l’horizontale pour qu’il puisse prendre une photo en bonne qualité du document. Il allume alors le flash à distance et me demande de tenir le passeport afin qu’il puisse voir les hologrammes scintiller sur la page principale. Il prend ensuite en photo ma signature, me demande de lui dicter mon numéro à l’oral et… c’est fini. Un code de confirmation est envoyé par SMS, je l’entre, il le valide, la communication coupe. Fin de partie, j’ai maintenant un compte en Allemagne.

L’application fait 2 vérifications supplémentaires et m’annonce fièrement que ma Mastercard est en route. Elle me propose d’utiliser le TouchID de mon iPhone pour me connecter à mon compte et valider les opérations plutôt que mon mot de passe. Mon IBAN s’affiche et mon compte est prêt à recevoir de l’argent. Durée totale de l’inscription : 29 minutes. On est loin des 8 minutes annoncées, mais c’est pas mal.

L’expérience est déroutante. Même en n’ayant habituellement pas trop peur de tester des nouveaux services, j’ai été surpris, car toute la paperasse et les 30 pages de contrats qu’on signe d’habitude sont expédiés en 2 formulaires et une visioconférence. On a pris collectivement l’habitude d’être rassurés par les grosses machines administratives qui font sérieux en accumulant les données, les preuves, les procédures, les vérifications et les rendez-vous. Surtout quand cela touche à l’argent.

Mais au fond, pourquoi un service comme Number26 serait-il moins digne de confiance qu’une des grandes banques traditionnelles qui pavent les rues françaises ? Pourquoi devrais-je accorder plus de foi à la Société Générale ou au Crédit Lyonnais qu’à une startup allemande pour mettre mon argent à ma disposition sur un compte courant — car bien entendu, il n’est pas ici question d’épargne ou de prêt ?

app-number26-1
Alex, conseiller bancaire de jour, playboy by night
app-number26-2
Une interface simple et épurée

En y réfléchissant, j’ai bien plus l’impression que ce sont des schémas mentaux hérités de l’habitude (et de notre inconscient administratif) qui me dérangent avec Number26 plus que l’expérience en elle-même qui, au fond, promet de m’apporter confort et économie. Cela reste encore à prouver à l’usage, mais nous aurons l’occasion d’y revenir.

Cela dit, l’aventure s’arrêtera là pour ce soir : comme ma vieille banque est fermée le lundi, le virement que j’ai fait vers mon nouveau compte, même entièrement virtuel, sera effectué demain dans la journée. Qu’importent les conclusions de la deuxième partie de ce test, voilà déjà une évidence : quand les startups de la fintech prennent un effrayant trajet Terre-Lune d’avance, la banque traditionnelle continue sur son petit TER tranquille.

Number26 #2  : au quotidien avec une banque sur smartphone

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés