Google annonce la mise à jour de son règlement sur les publicités pour interdire, à partir de juillet 2020, les publicités sensationnalistes et piégeuses.

Géant de la publicité en ligne, Google s’efforce de maintenir un écosystème sain. C’est dans son intérêt : ses revenus provenant essentiellement de ce secteur, le groupe a tout intérêt à ne pas fâcher les internautes avec les annonces en ligne, pour ne pas les pousser à se ruer sur des bloqueurs en tout genre. L’équilibre est par nature délicat et occasionne parfois quelques frictions.

C’est pour cela qu’il prend des mesures contre les réclames malveillantes, et qu’il exige aussi des formats qui ne nuisent pas aux performances de l’ordinateur.

Google rejettera les publicités sensationnalistes

C’est donc dans ce contexte que l’entreprise américaine a pris une nouvelle décision, qui sera appliquée à partir du mois de juillet 2020. Désormais, les publicités sensationnalistes, négatives, jouant sur les peurs ou exploitant des formulations de type « piège à clics » (clickbait) ne seront plus autorisées. Ces nouvelles restrictions figureront à la rubrique des publicités trompeuses du règlement de Google Ads.

clickbait
Le clickbait est régulièrement associé à l’image de l’hameçon voulant attraper l’internaute imprudent. // Source : Henshall, James Alexander

Ces annonces ont la particularité de chercher «  générer du trafic vers l’annonce en incitant l’utilisateur à agir immédiatement afin de comprendre tout le contexte de l’annonce », en ne disant presque rien, en faisant de fausses promesses sur des révélations de secrets ou de scandales, ou encore en montrant des comparaisons avant / après d’un corps humain pour en promouvoir des modifications substantielles.

Google ne livre pas beaucoup d’exemples, mais on imagine que le règlement au sujet des modifications corporelles recouvre notamment tout ce qui a trait à la chirurgie plastique, au niveau du visage ou du reste du corps. Concernant le clickbait, Google fait mention de formulations aguicheuses comme « cliquez ici pour le découvrir » ou « vous ne croirez jamais ce qui s’est passé ».

La modification du règlement publicitaire de Google Ads fait suite à un autre changement, annoncé ce printemps, au sujet du contrôle de l’identité des annonceurs. Le programme de vérification qui était jusqu’à présent dédié aux réclames politiques, est en passe d’être étendu à l’ensemble des publicitaires, pour réduire les risques d’arnaque mais aussi de désinformation.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo