Motorola a dévoilé son Razr à des journalistes américains qui semblent conquis par le produit. Ce sera le premier smartphone pliable à l'horizontal à être commercialisé, en janvier 2020.

Au vu des réactions des premiers journalistes américains à avoir mis la main sur le Razr, on peut déduire que Motorola a réussi son pari avec son tout premier smartphone pliable. L’entreprise américaine a dévoilé à la presse, le 13 novembre 2019, son nouveau produit qui, contrairement au Galaxy Fold de Samsung ou celui de Huawei, se plie à l’horizontale.

Le nouveau Motorola Razr // Source : YouTube/Motorola

Il ne s’agit donc pas d’une grande tablette que l’on replie sur elle-même, mais bien d’un format smartphone classique, qu’il est possible de replier pour le caler dans une poche — il prend alors un format presque carré. Il est doté d’un écran OLED de 2,7 pouces sur l’extérieur (pour les notifications quand il est replié) et d’un 6,2 pouces lorsqu’il est déplié. La charnière se situe à l’extérieur du téléphone, tandis que l’écran ne semble quasiment pas marquer de pli à l’intérieur.

Un « smartphone pliable viable »

« Motorola a créé le Razr pliable que l’on voulait », juge, élogieux, The Verge. « Cela fait des années qu’on n’avait pas eu un smartphone pliable haut de gamme vraiment viable », ajoute le site tech dans sa prise en main. Le fabricant américain a travaillé main dans la main avec le Chinois Lenovo, qui l’a racheté à Google en 2014.

Le nouveau Motorola Razr // Source : Motorola

Pour FastCompany, il s’agit tout simplement « d’un iPhone pliable ». « J’adore cet écran extérieur. Lorsque le Razr est replié, on a l’impression d’avoir un tout autre smartphone  », affirme le journaliste, qui insiste sur la précision et la complexité du mécanisme de pliage de l’appareil, « si précis qu’il permet (…) qu’il n’y ait pas de différence de chaleur entre les microcouches lorsqu’elles se plient ».

Le Razr semble avoir de nombreux avantages, mais son prix est un frein : Motorola compte vendre son smartphone pliable 1 499 dollars, soit bien moins que les autres sur le marché (qui dépassent les 2 000 dollars), mais en même temps bien plus que la majorité des smartphones haut de gamme du marché actuellement. Or le Razr n’a pas les mêmes performances que les derniers iPhone ou Samsung (il n’a par exemple qu’un capteur photo à l’arrière, qui passe à l’avant pour prendre un selfie lorsque l’écran est fermé), ce qui en fait un smartphone cher pour ce qu’il peut faire, au-delà de la prouesse technologique.

« Ça valait le coup d’attendre », affirme toutefois Mashable, qui vante les qualités de ce smartphone qui emprunte vraiment beaucoup d’éléments du Razr original, jusqu’à proposer un mode rétro qui permet de retrouver l’esthétique « araignée » du clavier du produit d’origine.

Le Motorola Razr pliable sera mis en vente à partir de janvier 2020 aux États-Unis, exclusivement pour les abonnés Verizon qui pourront le pré-commander à partir de décembre. «  Il n’y a aucun doute que les fans de Razr réclameront cet appareil, et j’en fais partie », conclut The Next Web.

Partager sur les réseaux sociaux