Aux États-Unis, il parait qu'un iPhone serait un signe extérieur de richesse. Cela marche aussi avec un iPad.

Aux yeux de beaucoup, Apple vend des produits trop chers. Et ce n’est pas une étude baptisée ‘Coming Apart ? Cultural distances in the United States over time‘ et réalisée par des économistes de l’Université de Chicago qui viendra dire le contraire : aux États-Unis, posséder un iPhone ou un iPad serait un signe extérieur de richesse dans la majorité des cas.

Les résultats ont été obtenus à partir de statistiques fournies par la Mediamark Research Intelligence et entre 1992 et 2016 sur un échantillon de 6 394 personnes (via des questionnaires bi-annuels et des entretiens en face à face).

Apple = riche

L’apparition des mots-clefs iPad et iPhone n’est qu’une infime partie du travail réalisé par Marianne Bertrand et Emir Kamenica, et s’intéressant à l’étendue de la distance culturelle qui existe entre différents groupes, qu’ils soient définis par leur niveau d’éducation, leur richesse, leur appartenance ethnique, leur opinion politique ou encore leur genre.

Un exemple : «  Entre les riches et les pauvres, nous définissons la distance culturelle dans la consommation de média lors d’une année donnée par notre capacité à définir si quelqu’un est riche ou pauvre en fonction de sa consommation de média cette année-là. » Pour obtenir des données probantes et déterminer la place d’un groupe par rapport à une variable à un instant t, le duo a fait appel à, c’est la mode, du machine learning. Comme dans toute étude, il y a donc forcément des biais. 

Produits et marques étant les plus indicatifs sur la richesse (capture du 9 juillet 2018)

Être propriétaire d’un iPhone (69,1 %) ou d’un iPad (66,9 %) serait donc un signe extérieur de richesse. Les produits Apple arrivent devant un abonnement Verizon (61 %) et un smartphone Android (59,5 %). « Le fait de savoir si un individu possède un iPhone en 2016 nous permet de deviner correctement la position dudit individu dans l’échelle des revenus 69 % du temps », expliquent les chercheurs.

Rigolo : la marque de beurre Land O’ Lakes Regular (59,2 %) et la sauce soja Kikkoman (58,7 %) étaient les iPhone et iPad de 2004. En 1992, c’était la moutarde Grey Poupon Dijon (62,2 %). Comme quoi, la technologie a bel et bien assis sa domination. 

Du côté des films, il faut visiblement avoir vu Gone Girl de David Fincher pour être considéré de facto comme quelqu’un de riche. Soit.

Partager sur les réseaux sociaux