Un nouveau brevet déposé par Uber présente une technologie d'intelligence artificielle. L'outil semble se fonder sur l'utilisation de l'app pour déterminer si un passager est potentiellement en état d'ébriété.

Comment s’assurer que les futurs passagers d’un Uber ne vont pas monter dans le véhicule en état d’ébriété ? La question semble préoccuper l’entreprise de VTC : le 7 juin 2018, une demande de brevet déposée par la société, présentant une technologie d’intelligence artificielle entraînée à cette fin, a été publiée.

Le document, évoqué par nos confrères de The Verge, montre un outil qui serait en mesure de prédire « l’état d’un utilisateur », autrement dit de savoir s’il est ivre avant d’entrer dans le véhicule commandé.

L’IA tente de prédire si un passager est en état d’ébriété

Cet outil permet en effet de repérer comment un utilisateur d’Uber se sert de l’application. Plusieurs informations sont interprétées, par exemple la vitesse à laquelle tapent les usagers, le nombre de fautes de frappe qu’ils peuvent faire ou la précision avec laquelle ils cliquent sur les boutons.

Il semble ainsi qu’Uber parte du postulat qu’une personne en état d’ébriété sera moins efficace ou précise pour commander sa course en ligne : l’IA observerait ces données, afin de repérer si le passager ou la passagère est ivre.

Un risque pour le passager ?

L’outil prendrait également en compte le lieu et l’heure de la course demandée, calculant que le risque d’avoir un client en état d’ébriété est plus fort dans une zone urbaine, où se trouvent par exemple des bars, et en pleine nuit.

De son côté, le chauffeur pourrait recevoir une notification l’informant que son passager est peut-être ivre. D’ailleurs, certains niveaux d’ébriété identifiés chez les passagers pourraient même être automatiquement liés à l’expérience du chauffeur.

Néanmoins, on peut s’interroger sur la possibilité que cette technologie soit utilisée à mauvais escient : savoir qu’une personne est potentiellement ivre pourrait la mettre en situation de danger, notamment si sa localisation est connue. Pour l’instant, Uber n’a pas fait de commentaire à ce sujet.

Partager sur les réseaux sociaux