Une ingénieure qui travaillait chez Uber au même moment que Susan Fowler poursuit aujourd'hui la firme en justice, qui n'aurait pas réagi lorsqu'elle s'est plainte de harcèlement sexuel et discrimination.

Ingrid Avendaño, une ex-employée d’Uber, poursuit en justice la plateforme de VTC américaine pour harcèlement sexuel et discrimination, ont rapporté plusieurs médias américains ce 22 mai 2018.

L’ingénieure dénonce avoir été victime d’un environnement de travail « intolérable », d’avoir été payée moins que ses collègues masculins blancs — Ingrid Avendaño est d’origine hispanique — et affirme que l’entreprise n’aurait pas réagi lorsqu’elle s’en est plainte.

Elle dénonce également un « emploi du temps très demandant et oppressant qui a eu des effets négatifs sur sa santé » et qui aurait causé son hospitalisation forcée pendant 3 semaines, a rapporté TechCrunch,

Susan Fowler

Le site américain Recode note qu’Avendaño travaillait dans le même département que Susan Fowler, l’ingénieure qui a publié en février 2017 un long billet de blog pour dénoncer la culture machiste de l’entreprise et les discriminations qu’elle a vécues. Elle avait même rédigé des mails à leurs supérieurs pour soutenir Fowler à l’époque où celle-ci s’était plainte de comportements problématiques.

Avendaño avait participé à un recours collectif contre Uber pour discrimination à l’encontre des femmes de couleur avant de se retirer de l’action de groupe.

Une nouvelle direction qui tente de changer la culture d’entreprise

Dara KhosrowshahiWikimedia Commons

Elle affirme que la direction n’avait, à l’époque, pas fait grand-chose pour régler ces problèmes, et qu’au contraire, elle avait été pénalisée par une avancée moins rapide en matière de carrière et d’opportunités de carrière.

Uber, qui tente de se dégager de son passé problématique, notamment avec un nouveau DG, Dara Khosrowshahi, a expliqué en réponse que la firme prenait très au sérieux ces faits présumés, et mettait en place des outils pour opérer des changements au cœur de la culture de l’entreprise.

«  La semaine dernière, nous avons annoncé un changement dans notre politique d’arbitrage. L’an dernier, nous avons mis en place une nouvelle structure d’égalité salariale et d’équité, basée sur le marché. Nous avons publié des rapports d’Inclusion et de Diversité, et formé des milliers d’employés au leadership et à la compréhension de la diversité  », a expliqué un porte-parole à Recode.

Partager sur les réseaux sociaux