Mark Zuckerberg a annoncé ce 2 avril 2018 que le réseau social allait développer des fonctionnalités d'application de dating, à l'intérieur de l'app Facebook, pour « faire des rencontres de long terme ». Voici comment cette application fonctionnera, et à quoi elle va ressembler.

Facebook va lancer une fonctionnalité dédiée aux rencontres pour mettre en relation ses utilisateurs célibataires, a annoncé son PDG Mark Zuckerberg ce 1er mai 2018 lors de la conférence annuelle des développeurs, F8.

« Vu que nous voulons nous focaliser sur les relations qui ont du sens, celles-ci sont peut-être celles qui ont le plus de sens », a déclaré le patron de Facebook, insistant évidemment sur l’attention particulière que la plateforme donnera à la protection des données personnelles. Le réseau social subit encore les conséquences du scandale Cambridge Analytica et de la récupération malhonnête des données personnelles de ses membres par des tiers.

Extrait de la conf F8 de Facebook de 2018. YouTube/TIME

Il y aurait 200 millions de membres du réseau social sur Facebook qui définissent leur statut en « célibataire », a continué Zuckerberg. La plateforme veut profiter du fait qu’elle dispose d’un grand nombre de données personnelles sur eux pour les relier les uns aux autres. « Ce serait pour construire de vraies relations de long terme, pas juste des coups d’un soir », met en garde le PDG.

Une interface incorporée à l’app Facebook

La multinationale a dévoilé plusieurs aperçus de cette nouvelle fonctionnalité, qui sera intégrée directement à l’app Facebook et « totalement optionnelle ». Les utilisateurs qui le souhaitent pourront se créer un profil, avec des photos choisies et une biographie.

À première vue, cela ressemble beaucoup à l’interface des autres applications de rencontres : une photo, un prénom, un âge (uniquement le nombre apparaît), un court texte de présentation. Il y a également la possibilité d’ajouter son emploi, sa ville et son université.

Extrait de la conf F8 de Facebook de 2018. YouTube/TIME

« Vos amis ne verront pas votre profil », précise Zuckerberg. «  On ne vous suggèrera pas vos amis. » À l’instar de Tinder, vous pourrez être mis en relation avec des personnes qui ont des amis en commun avec vous, mais pas vos amis.

« Quand on a lancé la plateforme en 2004, on était nombreux à être persuadés que la fonctionnalité qui serait la plus vite intégrée serait celle de l’app de rencontre. Après tous, tous les étudiants sont au même endroit !  » a résumé Chris Cox, Chief Product Officer (CPO). « Il se trouve qu’on avait raison, mais 14 ans trop tôt. »

Une fois que vous aurez créé un profil, il sera possible de trouver des potentiels rencards en fonction des événements auxquels vous allez vous rendre, ou des groupes qui vous intéressent.

Extrait de la conf F8 de Facebook de 2018. YouTube/TIME

Pour entamer une conversation, il faudra sélectionner une des photos de profil de votre interlocuteur, ce qui est censé « briser la glace ».

Extrait de la conf F8 de Facebook de 2018. YouTube/TIME

«  Il s’agit uniquement d’une interface de texte, pour des raisons de sécurité », précise Cox. Entendre : pour éviter de recevoir des photos d’organes génitaux non voulues.  La plateforme de discussion n’est «  pas connectée à Messenger ou WhatsApp. »

Extrait de la conf F8 de Facebook de 2018. YouTube/TIME

S’il n’y a pas encore de date de sortie de ces nouvelles fonctionnalités, Chris Cox a laissé entendre qu’il y aurait de nouvelles informations « dans les mois qui viennent ».

À la suite de cette présentation, le concurrent Match Group (Tinder, OKCupid, Meetic) a chuté en bourse de 22 %.« Nous sommes surpris par ce timing, au vu du nombre de données personnelles sensibles concernées par ce marché », a attaqué Mandy Ginsberg, PDG de Match, tandis que Joey Levin, cadre de la maison-mère de Match, s’est montré encore plus acerbe : « Rejoignez le marché ! L’eau y est bonne. Ce sera super pour les relations États-Unis/Russie. »

Investing.com

Partager sur les réseaux sociaux