L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International lance un appel aux bénévoles pour constituer une « patrouille anti-trolls » chargée de consigner les comportements abusifs envers les femmes sur Twitter afin de créer un outil qui pourrait automatiquement les modérer.

Amnesty International vient de lancer Troll Patrol, une initiative qui consiste à rassembler des volontaires qui feront la « chasse aux trolls » sur Twitter, ce mercredi 4 avril 2018. « Rejoignez notre effort pour réduire les abus en ligne contre les femmes politiques et journalistes », présente le site internet de l’organisation de lutte pour les droits de l’homme.

Cette décision fait suite au rapport #ToxicTwitter, qui montrait combien le réseau social était un environnement toxique pour les femmes. L’étude menée sur 16 mois auprès de femmes anglaises et américaines rapporte de nombreux témoignages de personnes qui s’identifient en tant que femmes et qui ont subi des violences verbales, insultes et menaces, sur la plateforme.

L’objectif de Troll Patrol est de constituer un groupe de personnes bénévoles qui trouvent, identifient, analysent et conservent les tweets néfastes afin de constituer une base de données géante et d’en dégager des tendances. À partir de cette data, Amnesty souhaiterait idéalement pouvoir coder un algorithme pour Twitter capable de détecter les comportements malveillants et les bloquer automatiquement.

« Il faut un maximum de preuves pour montrer à Twitter combien ce problème est énorme et combien il affecte les femmes de différentes identités — et idéalement cela mettra la pression suffisante sur l’entreprise pour qu’elle réponde à nos demandes et pour montrer que c’est un problème qu’ils vont prendre à bras le corps », a commenté Azmina Dhordia, responsable de la recherche entre genres et tech à Business Insider.

Au lendemain du lancement de Troll Patrol, 1 500 personnes étaient déjà volontaires pour aider à modérer la plateforme.

Partager sur les réseaux sociaux