Soucieux de trouver une manière intelligente de réutiliser les batteries usagées de ses voitures, Nissan publie une vidéo où il annonce ses plans sur le sujet.

Que faire des batteries déjà utilisées des voitures électriques ? C’est la question que se posent les constructeurs très impliqués dans la mobilité électrique. Une caste dont fait partie Nissan, en avance avec sa Leaf, ambitieuse avec son futur SUV. La mise au rebut d’une batterie et son recyclage polluant énormément, les acteurs réfléchissent à une manière plus intelligente d’en faire usage sachant qu’elle conserve une bonne partie de sa capacité. Elle n’est pas suffisante, certes, pour offrir une autonomie digne de ce nom à une voiture. Mais elle peut s’adapter à des tâches moins énergivores : comme l’éclairage public.

Des lampes alimentées par des batteries de voiture

C’est d’ailleurs l’exemple que donne Nissan dans son outil promotionnel mettant en lumière ses intentions. Sous un lampadaire alimenté par l’ancienne batterie d’un véhicule électrique, le constructeur annonce le projet Reborn Light. En association avec 4R Energy Corporation, la firme nippone a donné naissance à des lampadaires nouvelle génération. Ils sont déconnectés du réseau électrique public et fonctionnent grâce à l’association de panneaux solaires et de batteries de Leaf réutilisées. Un premier prototype sera testé dès le 26 mars pour un déploiement à grande échelle attendue pour l’année fiscale en cours.

L’initiative est d’autant plus louable que Nissan et 4R Energy Corporation vont installer leurs dispositifs à Namie, une ville japonaise qui a été touchée par un tsunami et un tremblement de terre en 2011.

Bien évidemment, le géant nippon ne s’arrêtera pas là : «  En réutilisant des batteries haute capacité à l’origine créées pour des voitures, Nissan va illuminer des endroits du monde n’ayant jamais été éclairés auparavant. Cela pourrait même être au-dessus des nuages ! ». Il évoque aussi des cas d’urgence où les batteries pourraient se substituer à un réseau électrique défaillant. « Nous allons transformer la croissance des voitures électriques en croissance pour les batteries », souligne Nissan, porté par un élan philanthropique. « Même si les batteries ne peuvent plus servir les voitures, elles peuvent encore servir l’humain ».

Partager sur les réseaux sociaux