L'horloge est construite au sein d'une montagne du Texas, et doit être en mesure de fonctionner pendant 10 000 ans.

L’installation de la 10 000 Year Clock, l’Horloge de 10 000 ans, une horloge censée fonctionner 10 000 ans, a débuté sous une montagne de l’ouest du Texas. Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, qui finance le projet à hauteur de 42 millions de dollars, l’a annoncé dans un tweet, le 20 février 2018. L’horloge sera haute de 500 pieds, soit environ 152 mètres (à peu près la hauteur de la cathédrale de Rouen, la plus haute de France).

« 500 pieds de hauteur, tout mécanique, fonctionne grâce à des cycles thermiques jour et nuit, synchronisée avec le zénith du soleil, un symbole de la réflexion à long terme — l’horloge de 10 000 ans est en train d’être assemblée grâce au génie de Danny Hillis, Zander Rose et de toute l’équipe de l’horloge », a affirmé le milliardaire.

« L’aiguille des siècles avance une fois tous les cent ans »

À l’origine du projet, l’ingénieur informatique et entrepreneur Danny Hillis, qui a conçu l’horloge il y a plus de trente ans. Il présentait son idée dans le magazine Wired en 1995, expliquant qu’il la voyait comme un moyen de réfléchir à l’avenir de l’humanité et de la planète. « Je veux construire une horloge qui fait tic-tac une fois par an. L’aiguille des siècles avance une fois tous les cent ans, et le coucou sort pour le millénaire. Je veux que le coucou sorte tous les millénaires pendant les 10 000 prochaines années. Si je me dépêche, je devrais finir l’horloge à temps pour le voir sortir la première fois », expliquait alors Hillis à Wired.

Le projet est soutenu par la Long Now Foundation, que Danny Hillis a cofondée afin de construire cette horloge. Le premier prototype a été mis en marche le 31 décembre 1999, juste à temps pour assister au passage à l’an 2000, et est aujourd’hui exposé au Musée des sciences de Londres. D’autres prototypes ont depuis été construits par la Fondation, avant que Jeff Bezos et son fonds d’investissement Bezos Expedition ne se lancent dans le projet.

L’horloge Orrery, haute de deux mètres, est le deuxième prototype de l’horloge de 10 000 ans à avoir été construit.
Alexander Rose/The Long Now Foundation

« J’aide Danny sur ce projet depuis une douzaine d’années. Selon moi, les humains sont maintenant assez avancés technologiquement pour pouvoir créer non seulement des merveilles extraordinaires, mais aussi des problèmes à l’échelle d’une civilisation. Nous allons sans doute avoir besoin de plus de réflexion à long terme », explique le patron d’Amazon sur son site dédié à l’Horloge de 10 000 ans. Il a investi 42 millions dans ce projet, qui pose de nombreux problèmes en termes d’ingénierie et de construction.

Comme le notait un article de Wired en 2011, se lancer dans un projet de cette ampleur « nécessite une certaine quantité d’ego — voire d’hybris », mais pose aussi la question de notre rapport au temps, et de la façon dont nous serons perçus dans 10 000 ans, si la Terre et l’horloge existent toujours. « L’espoir de Bezos est que la construction de cette horloge changera la manière dont l’humanité envisage le temps, et encouragera nos descendants à en avoir une vue à plus long-terme que nous », écrivait Dylan Tweney dans Wired.

La première horloge de 10 000 ans à grande échelle

L’horloge de Bezos sera la première horloge de 10 000 ans construite à grande échelle. L’équipe de fabrication a passé les dernières années à fabriquer les pièces de l’horloge et à creuser sous la montagne pour y installer toutes les composantes. « Cette horloge est la première de nombreuses horloges de millénaire que nous espérons construire dans le monde entier et à travers le temps », explique-t-on sur le site de la Fondation. La Long Now Fondation construit notamment, en parallèle, une autre horloge à grande échelle, dans une montagne du Nevada.

Le public pourra normalement visiter l’horloge, une fois terminée, mais le site sera difficile d’accès : l’aéroport le plus proche est à plusieurs heures d, et seul un chemin accidenté mène actuellement à l’entrée de la montagne. Il est déjà possible de s’inscrire sur une liste d’attente, afin de visiter l’horloge quand elle sera terminée.

La construction de cette horloge selon Hillis repose sur cinq principes : la longévité (l’horloge doit donner l’heure correcte pendant 10 000 ans, avec une maintenance minime), la maintenabilité (les générations futures doivent pouvoir entretenir l’horloge, même avec des techniques du niveau de l’âge de Bronze), la transparence (on doit pouvoir observer son fonctionnement), la capacité d’évolution (l’horloge doit pouvoir être améliorée avec le temps), et l’adaptabilité (le même design doit pouvoir être utilisé pour toutes les échelles).

La construction de l’horloge est en cours sous la montagne. Capture d’écran/The Long Now Foundation

« Pour obtenir l’heure juste, vous devez « demander » à l’horloge », explique-t-on sur le site de la Long Now Foundation. L’horloge donne en effet l’heure et la date qu’il était lorsqu’on lui a rendu visite pour la dernière fois. Pour « l’actualiser », il faut remonter une roue, et les rouages de l’horloge se mettent en marche jusqu’à atteindre l’heure et la date du moment présent.

L’horloge est conçue pour fonctionner au moins 10 000 ans, même si personne ne lui rend visite, grâce à l’énergie thermique. La différence de température entre le jour et la nuit, qui est de l’ordre d’une dizaine de degrés au sommet de la montagne, doit fournir l’énergie qui fait fonctionner les appareils de calcul du temps de l’horloge. Toutefois, celle-ci ne peut afficher le temps qu’elle connaît, ou sonner ses cloches elle-même, sans des visites humaines.

Partager sur les réseaux sociaux