Largement critiqué en décembre pour ne pas avoir écouté les opposants au projet de loi, le ministère de la Culture cherche à se racheter une crédibilité alors que la discussion doit reprendre la première quinzaine de mars. Il ouvrira le 22 février un site dédié au débat entre internautes et professionnels de la création.

Le site lestelechargements.com commandé à Publicis par le ministère de la culture sera lancé lors d’une grande soirée au palais de Tokyo le 22 février prochain, « en présence de Renaud Donnedieu de Vabres, d’internautes (nous y serons), d’animateurs de sites de téléchargement de musique et de films, d’élus, d’auteurs, d’interprètes, de comédiens, de réalisateurs, de techniciens du son, de la lumière, de créateurs de jeux-vidéo et… de tous ceux qui aujourd’hui sont concernés par l’impact du téléchargement sur le droit d’auteur« .

Il s’agira, selon la formule officielle, d’un site « où auteurs et internautes s’entendent sur le téléchargement« . Une belle ambition.

Une quarantaine de professionnels de la création sont attendus sur le site internet, issus aussi bien du monde du cinéma que de la musique ou des jeux-vidéo. Tous débattront avec les internautes et défendront surtout leur conception du droit d’auteur, en danger selon eux par le risque de licence globale qui planne encore au dessus de leur tête.

« Nous voulons donner la parole à tous et éviter à tout prix que le ministère soit encore accusé de n’avoir écouté que les industriels« , nous confie une source proche de l’initiative. Des forums seront ouverts pour permettre à tous les internautes concernés par le projet de loi devenir s’exprimer. « Ils seront modérés mais toutes les idées pourront être exprimées« , nous assure-t-on.

Selon nos informations, le site qui sera fermé après le vote de la loi serait réalisé également à l’initiative de la Sacem et de la SACD, deux fermes opposants à la licence globale.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !