Après la découverte d’un « code non autorisé » sur des routeurs de Juniper, qui permettait de neutraliser des firewalls ou de déchiffrer des communications chiffrées par un VPN, son concurrent Cisco a annoncé un audit étendu de ses produits. Mais il s’agira d’un audit réalisé par ses propres ingénieurs.

L’affaire Juniper, dont tout porte à croire qu’elle ne fait que commencer, provoque des réactions chez les concurrents. Cisco a ainsi annoncé lundi qu’il avait lancé « un examen additionnel de [ses] produits » pour vérifier si, à tout hasard, du code créant des backdoors ne s’était pas aussi glissé dans ses firmwares sans qu’il en ait connaissance.

« Même si nos pratiques normales devraient détecter des logiciels non autorisés, nous reconnaissons qu’aucun processus ne peut éliminer tous les risques », écrit l’équipementier. « Notre examen additionnel comprend des tests de pénétration et des examens de code par des ingénieurs avec de profondes expériences en réseau et en cryptologie ».

routeur-cisco

Mais l’audit sera donc exclusivement réalisé en interne et donc totalement dépendant du champ et des procédures décidées par Cisco. Il n’y a pas d’audit indépendant comme ça a pu être le cas, par exemple, pour vérifier le code source de TrueCrypt (qui était toutefois un logiciel open-source, alors que Cisco cherche bien évidemment à protéger ses secrets industriels).

Cisco assure qu’il a décidé de réaliser cet audit de son propre chef, sans que les autorités ne lui demandent de vérifier s’il n’avait pas trace d’intrusions similaires à celles détectées par Juniper. Ce dernier avait révélé la semaine dernière la découverte d’un « code non autorisé » créant des failles de sécurité majeures sur ses firewalls et VPN vendus aux entreprises et opérateurs télécoms. Selon les experts, la faille qui offrait à Juniper un backdoor n’a pas été corrigée.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.