Le régulateur français en matière d’ondes est intervenu pour faire baisser la puissance d’émission de trois smartphones, dont le Galaxy Note 10+ de Samsung.

Propriétaire d’un Galaxy Note 10+ ? Votre smartphone a fait l’objet d’une mise à jour discrète pour ajuster ses émissions d’ondes, qui étaient un peu trop intenses. C’est ce que l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a fait savoir le 11 juillet dans un communiqué. Le correctif a permis de diviser la puissance d’émission par deux.

Le Galaxy Note 10+ a été mesuré à 4,33 W/kg. Cet indice constitue le DAS, le débit d’absorption spécifique. Exprimé en watt par kilogramme, il indique la part d’énergie transportée par les ondes électromagnétiques qui est absorbée par le corps humain. Plus cette valeur est élevée, plus l’énergie est importante. L’enjeu est donc de la maintenir assez basse.

Galaxy Note 10 Plus
Le Samsung Galaxy Note 10 Plus. // Source : Kārlis Dambrāns

Trois seuils réglementaires existent pour le DAS : pour le tronc, la tête et les membres. Dans le cas de Samsung, c’est au niveau des membres qu’un souci a été relevé : la limite est de 4 W/kg, mais l’émission du Galaxy Note 10 Plus a été mesurée à 4,33 W/kg. La mise à jour du smartphone a permis de faire redescendre ce score à 2,05 W/kg.

Deux autres smartphones corrigés

L’intervention de l’ANFR a permis aussi de régulariser deux autres smartphones : le GS290 de Gigaset et l’Infinity H30 de HiSense. Pour le téléphone commercialisé par HiSense, c’est aussi le DAS pour les membres qui était excessif : il est passé de 4,30 à 2,04 W/kg. Quant au mobile de Gigaset, le souci résidait dans le DAS du tronc : il a été ramené à 0,779 W/kg, au lieu de 2,94.

Ces deux autres téléphones ont aussi reçu une mise à jour logicielle, qui ne nécessite pas l’intervention des propriétaires. Elle se fait automatiquement, dès que les téléphones en cause sont connectés à Internet, en Wi-Fi ou sur le réseau mobile. Les propriétaires peuvent toutefois forcer une vérification de mise à jour, en cas de doute.

Gigaset, Samsung et HiSense avaient été mis en demeure par l’ANFR pour régler ces émissions excessives d’ondes. Ce genre d’intervention de l’autorité n’est pas si rare : cela arrive ponctuellement et les fabricants sont alors amenés à régler la puissance de leurs appareils. Ce travail fait partie de ses missions pour s’assurer du degré raisonnable d’exposition du public aux ondes.