Les tornades sont des phénomènes climatiques impressionnants. Mais comment se forment ces tourbillons qui déplacent tout sur leur passage ? Et comment mesure-t-on leur intensité ?

Les tornades n’épargnent pas la France : depuis la fin du 17e siècle, cet événement climatique est survenu plus de 700 fois dans l’hexagone. Selon l’Observatoire français des tornades et orages violents (Keraunos), plusieurs dizaines de tornades ont lieu chaque année, avec des intensités variables.

Qu’est-ce qu’une tornade ? Comment se forme-t-elle ? Comment évalue-t-on son intensité ? Cet article propose de répondre à ces questions pour vous aider à mieux comprendre ce phénomène climatique.

Qu’est-ce qu’une tornade ?

Une tornade est un phénomène météorologique. Elle est formée par un tourbillon de vents violents, comme l’explique Météo France. On la reconnait à sa forme d’entonnoir allant du sol jusqu’aux nuages. Ce « tuba » est formé par des gouttelettes de condensation.

À son sommet se trouve le nuage dont elle provient. À sa base, un nuage de débris se forme lorsque la tornade aspire les éléments sur son passage.

Une tornade photographiée en 1999 en Oklahoma. Flèches Numerama // Source : Wikimedia/CC/OAR/ERL/National Severe Storms Laboratory (NSSL)

Comment se forme une tornade ?

Les tornades se forment pendant les orages, à partir de nuages appelés cumulonimbus. Ce nuage en forme d’enclume est aussi lié à d’autres événements climatiques impressionnants, comme la foudre ou la grêle. Le tourbillon prend naissance à partir de ce nuage, son extrémité pointant vers la terre ferme.

Lorsque le tourbillon est visible par l’être humain, grâce au phénomène de la condensation, on parle de tuba. Une fois que le tourbillon a atteint le sol, on peut parler de tornade. S’il ne touche pas le sol, c’est un entonnoir nuageux. La tornade peut se déplacer sur le plan horizontal, balayant alors les éléments solides ou liquides dans son sillage.

La formation d’une tornade depuis un nuage. // Source : Pxhere/CC0

Les tornades les plus fortes se forment dans des « supercellules » : ce sont des cellules orageuses particulièrement violentes et pérennes. Comme l’explique Météo France, ces orages sont caractérisés par leur instabilité : avec l’altitude, la température décroit vite et le vent varie fortement.

Dans notre hémisphère, la plupart des tornades tournent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre (de façon cyclonique).

L’idée que les tornades se formeraient uniquement en partant d’un nuage dans le ciel a récemment été contestée par des scientifiques : le 13 décembre 2018, ils ont évoqué l’hypothèse que les tourbillons pourraient aussi se former au-dessus du sol pour former une colonne en rotation. En se renforçant progressivement à son niveau inférieur, la colonne finirait par toucher le sol, se contracter et devenir une tornade.

D’après eux, ce serait le cas de la tornade meurtrière qui s’est déclarée le 31 mai 2013 à El Reno, dans l’Oklahoma aux États-Unis. Les observations radars et visuelles ont monté que cette tornade qui a ôté la vie à 8 personnes (dont 3 chasseurs d’orage) s’est probablement formée de bas en haut.

Comment estime-t-on l’intensité d’une tornade ?

La taille d’une tornade importe peu pour les classer dans l’échelle de Fujita, où l’on préfère tenir compte de leur intensité. Mise au point en 1971, cette classification a été améliorée en 2007 pour être plus précise.

Pour classer une tornade, les météorologistes et ingénieurs attendent qu’elle soit terminée. Après son passage, ils se rendent sur place pour étudier les dégâts causés, réaliser des enregistrements radars, tourner des vidéos et récupérer des témoignages.

L’échelle de Fujita améliorée, aussi abrégée en EF, utilise ainsi 28 indicateurs de dégâts causés par une tornade. Les dommages sont classés des plus légers aux plus graves (de EF0 à EF5).

Les dommages causés par une tempête EF5 dans l’Iowa en 2008. // Source : Wikimedia/Domaine public/National Weather Service

Où se forment les tornades en France ?

Entre 40 et 50 tornades se produisent en France chaque année, d’après l’Observatoire français des tornades et orages violents. La majeure partie ont des intensités faibles. Les zones où le risque de tornades est le plus élevé sont le Nord, le Pas-de-Calais, la Seine-Maritime, le Calvados, la Charente-Maritome, l’Hérault et le Var.

Si l’on en croit notre service météorologique national, l’espérance de vie d’une tornade est limitée à 15 minutes en France. Bien qu’elles restent localisées et brèves, les tornades peuvent avoir un diamètre impressionnant dans l’hexagone : il oscille entre quelques dizaines à plusieurs centaines de mètres.

Partager sur les réseaux sociaux