Le projet Sounding Nature propose d'écouter le monde comme si les humains n'y faisaient aucun bruit artificiel. Vous pouvez écouter la nature reprendre ses droits dans cette carte collaborative.

Un lac en Russie, une île brésilienne, des hérons à Pétulu : sur la carte Sounding Nature du site Cities and Memory, vous pouvez écouter 500 sons enregistrés aux 4 coins de la planète. Cet inventaire a permis de dresser une carte des bruits que pourrait faire la nature si l’être humain ne l’avait pas modifiée.

Annoncé le 25 novembre 2018, ce projet est un complément à la principale carte collaborative de Cities and Memory, qui regroupe plus de 2 000 sons enregistrés sur la Terre, ainsi que des compositions artistiques utilisant ces contributions. Avec Sounding Nature, la carte est restreinte à des bruits enregistrés dans l’environnement naturel.

Un bassin d’hippopotames au Kenya. // Source : Capture d’écran Cities and Memory

Ces différents enregistrements sont aussi compilés de manière à ce que vous puissiez les écouter comme un album numérique. Une deuxième version contient les sons de la nature réarrangés par des artistes. Sur le site de Cities and Memory, vous pouvez aussi choisir d’écouter ces bruits de façon aléatoire.

Nos sons peuvent nuire aux animaux

« Nous voulions essayer de montrer à quoi ressemblerait une carte du monde si l’on ne pouvait pas entendre les humains. […] Nous voulions mettre en lumière que le bruit que nous faisons en tant qu’êtres humains peut avoir un impact grave et dramatique sur le monde naturel », explique Stuart Fowkes, le créateur de Cities and Memory à The Verge.

Il rappelle que les animaux ont par exemple besoin d’entendre leur environnement de façon précise pour éviter leurs prédateurs. Leur exposition aux sons artificiellement créés par les humains risque de diminuer leurs facultés.

Le projet Sounding Nature rappelle indirectement qu’avec la disparition de ces animaux, ce sont aussi les humains qui sont en danger.

Partager sur les réseaux sociaux