L'entreprise Virgin Galactic a réussi son test aérien consistant à faire voler sa navette spatiale, le VSS Unity, avec le moteur-fusée allumé. C'est une étape importante pour les ambitions du groupe dans le tourisme spatial.

Depuis l’accident de 2014, qui a coûté la vie à un pilote d’essai, l’entreprise Virgin Galactic a suspendu ses vols expérimentaux le temps de revoir la conception de son appareil. Deux ans après, le programme a pu reprendre mais, avec parcimonie, à base de vol plané — c’est-à-dire sans le moteur-fusée de l’appareil — et de vérification du bon fonctionnement du système de rentrée atmosphérique.

L’entreprise devait toutefois passer l’étape d’après pour tenir son calendrier : elle a en effet répété son souhait d’effectuer son premier vol spatial touristique en 2018. Il fallait pour cela mettre à l’épreuve le VSS Unity avec le moteur-fusée actif. En effet, nous sommes déjà au début du mois d’avril et il y a encore tout un éventail de tests que l’engin doit passer avant d’emmener des touristes dans l’espace.

Virgin Galactic

Allumage du moteur fusée

Il s’avère justement qu’un tel test a eu lieu ce jour. C’était la première fois depuis le crash que le moteur a été allumé. Une étape cruciale pour Virgin Galactic car un échec ou, pire encore, un nouvel accident aurait repoussé à plusieurs mois les projets de la société et aurait remis en cause leur viabilité. Il était essentiel pour la suite des opérations que ce test se déroule parfaitement bien.

Sur le papier, Virgin Galactic mobilise Eve, un énorme avion qui est chargé de le transporter le VSS Unity aussi haut et vite que possible. La navette se détache ensuite et c’est à ce moment-là qu’il allume son réacteur pour atteindre de façon autonome l’altitude à partir de laquelle l’on considère que l’on est dans l’espace (celle-ci est de 100 kilomètres et s’appelle la ligne de Kármán).

Plus vite que le son

Selon les messages publiés par Virgin Galactic, tout s’est bien passé : « VSS Unity s’est séparé proprement de VMS Eve [le nom donné à l’avion cargo, ndlr] et vole librement ».  « Nos pilotes ont allumé le moteur-fusée de VSS Unity pour la combustion partielle prévue aujourd’hui. Ils ont pointé vers le haut et accéléré rapidement ». Comme prévu, le vol a eu une séquence supersonique.

En effet, il était prévu lors du test de faire voler l’USS Unity au-delà du mur du son. Selon CNBC, le vaisseau devrait au moins atteindre 1,5 fois la vitesse du son, soit environ 1 800 km/h, soit bien au-delà de mach 1. Deux pilotes étaient à bord et ils ont pu retourner sur Terre en douceur. Virgin Galactic devrait bientôt fournir des précisions techniques sur les conditions du vol.

À lire sur Numerama : Tourisme spatial  : 5 questions sur le projet de Virgin Galactic

Partager sur les réseaux sociaux