Quatre ans après un long-métrage et deux saisons de la série, la franchise Psycho-Pass revient sur grand écran via trois films d’une heure. Nous avons profité du marathon organisé par Kana dans plusieurs salles françaises pour replonger dans l’univers cyberpunk initié par Gen Urobuchi.

Avec la saga Ghost in the Shell, le studio Production I.G s’est forgé une solide image de spécialiste dans le domaine de la science-fiction pour adulte mâtiné de polar hard-boiled. Après la fin de Stand Alone Complex en 2006, ils ont cherché un successeur (Guilty Crown par exemple) sans le trouver dans l’immédiat. Tout juste auréolé du succès Puella Magi Madoka Magica en 2011, le scénariste Gen Urobuchi leur a proposé un nouveau concept de SF dystopique.

Basée sur une histoire que n’aurait pas reniée un Philip K. Dick, Psycho-Pass nous entraîne dans un futur proche où le gouvernement japonais a mis en place un système mesurant en temps réel le coefficient de criminalité de chacun. Ainsi, la police a le pouvoir d’arrêter les individus jugés potentiellement dangereux avant qu’ils n’aient commis de délit.

La série a été, à juste titre, un succès public et critique. Nous tenions là peut-être enfin la relève potentielle de Ghost in the Shell. Seulement voilà, Urobuchi a laissé sa place pour la deuxième saison et l’animation est passée dans un autre studio (Tatsunoko Production auquel Prod I.G appartenait à la base). Le résultat fut sans appel : la saison 2 est un échec. Heureusement, le film sorti dans la foulée corrigea le tir. Ce dernier marqua le retour du génial scénariste de la première saison et de Production I.G. Cerise sur le gâteau : Shinya Kôgami, le meilleur personnage de Psycho-Pass, fit sa réapparition après avoir collé une balle dans la tête de Makishima en toute fin de saison 1.

Psycho-Pass : Sinners of the System // Source : Production I.G

Rédemption impossible, système corrompu et vengeance destructrice

Le projet Sinners of the System est composé de trois métrages centrés chacun sur des protagonistes de la série. Les histoires se déroulent dans des cadres distincts (un centre d’isolement pour criminels latents, une base militaire, un village au Tibet) et a des périodes différentes. Ainsi, Crime et Châtiment s’inscrit dans la continuité de la saison 2. Le Premier Gardien est un préquel situé juste avant l’arrivée d’Akane Tsunemori dans l’équipe d’inspecteurs. Enfin, Par-delà l’amour et la haine fait le lien avec une saison 3 qui s’annonce hautement excitante. L’intégralité de l’équipe originale reprend du service, sauf Gen Urobuchi. Son absence se fait ressentir sur le premier film dont l’intrigue offre un standalone efficace mais sans saveur. Toutefois pour un premier script (signé Ryô Yoshigami), cela mérite la moyenne.

Makoto Fukami, co-scénariste de Psycho-Pass depuis le début (comme Urobuchi, il n’a pas participé au naufrage de la saison 2), se charge des deux autres films. Avec l’expérience, le niveau monte d’un cran. Le Premier Gardien permet d’en apprendre plus sur Teppei Sugo, avant qu’il ne devienne un Exécuteur. C’est aussi avec nostalgie que l’on retrouve Tomomi Masaoka et la relation conflictuelle qu’il entretenait avec son fils Ginoza. Le soleil et la moiteur de l’île d’Okinawa tranche avec la froideur du Tokyo nocturne que l’on connaissait jusqu’à maintenant. Il en est de même avec les plateaux tibétains très colorés, que l’on visite en compagnie de Kôgami. Ce dernier est toujours hanté par le fantôme de Makishima et sa rencontre avec une jeune fille ivre de vengeance, va l’aider à chasser les démons du passé.

Psycho-Pass : Sinners of the System // Source : Production I.G

Ce dernier film est sans conteste le meilleur de l’anthologie. Que ce soit en matière d’écriture, d’ambiance et de réalisation, Par-delà l’amour et la haine surpasse les autres segments. Mais surtout la trame met en avant l’ancien Exécuteur Shinya Kôgami, qui avait énormément manqué en saison 2. Ce dernier a évolué, paraît plus humain qu’auparavant, plus sage aussi. Mais lorsqu’on va s’attaquer à sa nouvelle protégée, le tueur impitoyable refait surface. En proposant des histoires très différentes, Sinners of the System affiche le souhait de développer ses personnages et d’étendre l’univers initial.

Le blu-ray des films sortira en septembre prochain au Japon. Si ce n’est pas prévu (pour l’instant) en France, Anime Digital Network devrait logiquement pouvoir mettre en ligne les films au même moment sur sa plate-forme. Ainsi, ceux qui n’auraient pas pu profiter de la séance spéciale organisée récemment pourront se mettre en appétit avec ces films en attendant la saison 3 qui sera diffusée à partir du mois d’octobre.

Les deux saisons sont disponibles sur ADN et Netflix (le film exclusivement sur ADN).

Pour les collectionneurs, Kana Home Video a sorti un coffret collector limité à 1000 exemplaires reprenant l’intégralité de la série et le film.

Partager sur les réseaux sociaux