Deux ans après Battlefield 1 et quelques mois après le fiasco Star Wars Battlefront II, DICE et Electronic Arts partent à la (re)conquête des joueurs avec Battlefield V.

En cette année 2018, après avoir confié les rênes à Star Wars Battlefront II, la franchise Battlefield reprend ses droits. Toujours développé par DICE, le nouvel opus — sobrement baptisé Battlefield V –, reprend le contexte de la Seconde Guerre mondiale à sa sauce — époque ô combien vue et revue dans les jeux vidéo.

En plus de son ambition de s’inscrire dans la durée, Battlefield V, qui sort ce 20 novembre 2018, doit aussi faire oublier le fiasco Star Wars Battlefront II, écroué avant son lancement à cause d’un business model qui reposait beaucoup trop sur les microtransactions. Sans compter qu’il est aujourd’hui nécessaire de répondre à la popularité grandissante et continue de Fortnite.

On fait donc le point sur cinq choses essentielles à savoir avant de partir au front dans Battlefield V.

Adieu les microtransactions

Quand on navigue dans les menus de Battlefield V, cela saute au yeux : pas de contenu gargantuesque en vue. DICE et Electronic Arts comptent faire du FPS un game as a service. Soit : un jeu qui va se bonifier avec le temps grâce à des mises à jour gratuites riches en éléments inédits. En somme, le Battlefield V auquel vous jouerez dans cinq mois n’aura rien à voir avec celui d’aujourd’hui — et sans avoir besoin de repasser à la caisse.

Pour le moment, il faudra se contenter d’une base solide, à défaut d’être riche : 8 cartes et 6 modes de jeu (dont Grandes Opérations, gros morceau réunissant 64 joueurs sur plusieurs manches, objectifs et environnements). Pour le lancement de Battlefield V, DICE a clairement misé sur l’efficacité avec des expériences qu’il maîtrise.

Le solo est nul

N’achetez pas Battlefield V pour son mode solo. Surtout pas. En plus d’être court (trois heures à tout casser), il n’a rien de très excitant. Il s’articule, pour l’heure, autour de trois récits où l’on incarne un personnage loin du cliché du soldat lambda (il y a même une femme, oui oui).

Malgré l’originalité et l’effort de la mise en scène, les petites histoires de Battlefield V ne peuvent se suffire à elles-mêmes. Elles ne servent en réalité que de mises en bouche et de préparatifs pour le nerf de la guerre : le multijoueur en ligne.

Battlefield V // Source : Electronic Arts

Le Battle Royale ne sera pas dispo avant mars

Pour répondre à la frénésie Fortnite, quoi de mieux que de marcher sur ses plates-bandes ? Mais le mode Battle Royale de Battlefield V n’est pas disponible tout de suite. Contrairement à Call of Duty : Black Ops IIII, autre concurrent, il faudra patienter jusqu’au mois de mars pour voir comment DICE va s’approprier la tendance du moment.

Le studio prend un gros risque en repoussant l’échéance, puisqu’il laisse le temps à ses rivaux de se bonifier. Il arrivera peut-être aussi trop tard, à un moment où les gens seront lassés du Battle Royale et de toutes les copies qui pullulent depuis que PUBG a conquis Steam en 2017.

Battlefield V // Source : Electronic Arts

Techniquement maîtrisé

Visuellement, Battlefield V s’appuie sur le moteur maison, baptisé Frostbite. Et il en a encore suffisamment sous le pied pour en mettre plein la vue. Sur Xbox One X (et bien davantage sur PC), le FPS empile les détails et multiplie les effets visuels pour souligner le travail abattu par DICE, le tout au service de décors variés et somptueux.

Les textures photoréalistes et la modélisation exemplaire complètent un rendu à peine entaché par de rares couacs techniques (la compression des cinématiques, quelques bugs de collision). On n’oubliera pas non plus de plébisciter le sound design, tout bonnement parfait pour appuyer l’immersion.

Battlefield V // Source : Electronic Arts

Axé sur la coopération

Les Battlefield ont assis leur réputation sur leur gameplay un peu plus exigeant que la moyenne. Battlefield V s’inscrit dans cette tendance, à laquelle il ajoute une notion beaucoup plus poussée de coopération. Lors des batailles multijoueurs, il sera effectivement nécessaire d’avancer en escouade pour réussir, que ce soit pour échanger des munitions, se soigner ou obtenir des bonus (grâce au commandant).

Le travail en équipe est d’autant plus primordial que vous ressusciterez avec peu de ressources à disposition. Manette ou clavier/souris entre les mains, on a dès lors cette impression de vivre une guerre qui ne se résume pas à tuer bêtement les autres chacun dans son coin.

DICE a également entendu les critiques sur la progression et la personnalisation des 4 classes disponibles (assaut, soutient, éclaireur, médecin) en remplissant des tâches et défis. Ces changements offrant plus de latitudes ne manqueront pas de plaire aux joueurs les plus pointilleux.

Battlefield V est disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC

Partager sur les réseaux sociaux