Psyonix a partagé ses plans concernant Rocket League dans les mois à venir. Outre l'intégration d'un mode tournoi, le studio va se pencher sur les performances sur Switch et Xbox One.

Fort du succès mérité de Rocket League, porté par la volonté de ne pas précipiter le développement d’une suite qui serait opportuniste et motivé à l’idée de s’investir dans l’eSport grand public, Psyonix entend continuer sur sa lancée en 2018. Dans un premier temps, le studio déploiera une mise à jour dès le 7 février qui lancera la septième saison et, surtout, proposera un accès en bêta au mode tournoi, très attendu par les fans (sur Steam uniquement) et qui devrait être disponible pour tout le monde dans la fenêtre mars/avril.

Une belle année 2018

Psyonix compte également s’adresser plus particulièrement aux possesseurs de la Nintendo Switch en améliorant les performances techniques. Prochainement, les joueurs de cette plateforme pourront opter entre deux options visuelles : soit ils sacrifieront un peu de résolution pour jouer en 60 fps (900p sur le dock, 720p en portable), soit ils se contenteront d’un framerate à 30 fps pour bénéficier d’effets visuels plus chatoyants (1080p sur le dock, 720p en portable). Dans le même ordre d’idée, leurs homologues Xbox One X auront droit à des optimisations (mais ils devront attendre un peu).

Enfin, plus tard dans l’année, Rocket League intégrera la possibilité de mieux gérer les sessions cross-platform et reverra le système de progression afin de le rendre plus pertinent. Il y aura enfin des arènes, d’autres DLC sous licence (à l’instar du pack Fast & Furious), entre autres nouveautés qui viendront alimenter le jeu aux 40 millions de joueurs jusque fin 2018.

Partager sur les réseaux sociaux