Grosse exclusivité pour les consoles Xbox, Senua’s Saga: Hellblade II sera limité à un taux d’images par seconde de 30 fps sur Xbox Series X. Un nouveau coup dur pour une console pourtant considérée comme la plus puissante du marché.

En mai, Microsoft lancera enfin Senua’s Saga: Hellblade II, après plusieurs années d’attente. Une partie de la presse a pu poser les mains dessus en amont, et livrer de premières impressions sur ce jeu exclusif développé par Ninja Theory. Les avis s’accordent sur un point : Hellblade 2 promet d’être graphiquement époustouflant.

« Hellblade 2 va enfin nous montrer ce qu’un jeu sous Unreal Engine 5 peut faire », titre Polygon dans son avis publié le 4 avril. Il suffit de regarder les captures d’écran et les différentes vidéos pour constater à quel point les développeurs ont poussé le moteur très loin, dans le but d’obtenir un rendu aussi abouti, avec un niveau de détails vertigineux. Néanmoins, cette quête de la beauté et de la précision a une incidence technique qui peut faire jaser : sur Xbox Series X, Hellblade 2 se limitera à un taux d’images par seconde (framerate) à 30 fps. Un point noir en matière de fluidité.

Senua's Saga: Hellblade 2 // Source : Microsoft
Senua’s Saga: Hellblade 2. // Source : Microsoft

On a le droit d’être déçu par le framerate de Hellblade 2 sur Xbox Series X

À ce taux de rafraichissement bridé s’ajoute une autre déception d’ordre technique, même si elle ne se verra pas sans un œil avisé : les développeurs sont contraints d’opter pour une définition 4K UHD dynamique pour que Hellblade 2 soit aussi beau et en mesure de mobiliser les technologies de l’Unreal Engine 5.

En 4K UHD dynamique, la définition s’ajuste selon de ce qui est affiché à l’écran, ce qui peut se voir si elle baisse trop. Cet affichage touche aussi la Xbox Series X, pourtant présentée par Microsoft comme la console la plus puissante. Et cela, même avec l’usage de bandes noires horizontales pour « tricher » en réduisant la surface d’affichage (et le nombre de pixels à alimenter).

À l’arrivée, le tweet ci-dessous a terriblement vieilli :

Même s’il ne s’agit que de chiffres, Hellblade II trahit la promesse initiale de la firme de Redmond. Moins de quatre ans après sa sortie, la Xbox Series X serait donc incapable d’assumer une vitrine visuelle avec une définition 4K native et un framerate décent — qui plus pour un jeu à l’échelle modeste (ce n’est pas un monde ouvert).

Ce n’est pas la première fois que Microsoft nous fait le coup : des jeux comme Redfall et Starfield ont également été bridés. Chez la concurrence, les exclusivités s’en sortent bien mieux : sur PS5, on a toujours le choix entre la fidélité et la performance, avec parfois des résultats bluffants (Horizon: Forbidden West, God of War Ragnarök, Ratchet & Clank: Rift Apart).

Dans les colonnes de GamePro, Ninja Theory a essayé de justifier tant bien que mal ce framerate limité, brandissant l’argument artistique. Hellblade 2 serait une expérience avant tout cinématographique — les films sont tournés en 24 images par seconde. Un argument que l’on balaie avec la version PC, qui pourra dépasser les 30 fps (si la configuration le permet). La justification artistique ne serait alors que l’apanage des versions Xbox, ce qui n’a guère de sens. Elle souligne surtout les limitations techniques de la Xbox Series X, malgré ses caractéristiques supposément supérieures.

Officiant pour le site spécialiste Digital Foundry, John Lenneman pense connaître le coupable : « Je pense que le principal problème est le moteur Unreal Engine 5. Assurer les 60 fps tout en utilisant les fonctionnalités de l’Unreal Engine 5 avec un tel niveau de maîtrise paraît difficile sans baisser la définition à 720p. Peut-être devraient-ils quand même offrir un mode 540p à 60 fps ? » Bref, on a le droit d’être déçu.

8/10
Senua’s Saga: Hellblade 2 Lire le test
Il n’y a pas d’offres pour le moment

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !